Le Collectif Minuit 12 danse pour le climat

 ⏳ 
lecture 8 min
🪄 
màj en mars 2024
Le collectif de danseurs et danseuses Minuit 12 en train de danser devant le siège de TotalEnergies

Mi-artistique, mi-activiste, le collectif Minuit 12 est composé de jeunes danseurs et danseuses militant pour la défense de l'environnement. En octobre dernier, le collectif a publié avec Camille Etienne une vidéo sur Instagram – qui compte aujourd'hui plus de 860 000 vues – pour alerter sur le méga-projet pétrolier de TotalEnergies en Ouganda – EACOP. Interview.

Le nom Minuit 12 sonne comme un rappel que l'horloge tourne, que la deadline se rapproche et que le temps est compté. Les fondatrices du collectif sont convaincues que leur génération ne peut plus laisser passer un projet comme EACOP sans rien dire. Elles ont à peine 25 ans et s'appellent Jade Verda, Justine Sène et Pauline Lida. Cette dernière a accepté de nous parler de leur vision de la danse et de l'organisation de ce mouvement collectif joyeux. L'occasion de nous rappeler que, “à plusieurs, ça va aller.”

Qui se cache derrière le collectif Minuit 12 ? 

Pauline Lida : Minuit 12 est un collectif de jeunes danseurs et danseuses dont la moyenne d’âge est 24 ans. Notre but, c’est de parler d’écologie à travers une approche sensible, tantôt poétique, tantôt activiste. Le corps et le mouvement sont nos outils principaux, autant dans des projets scéniques que musicaux ou vidéo. 

Plutôt que d’en faire un vecteur d’anxiété, nous avons décidé d’en faire une source de motivation 

Pauline Lida

Nous sommes convaincu·es que c’est en se rassemblant qu’on peut faire bouger les choses. Nous avons tous des profils de danseurs différents, de la danse contemporaine au hip-hop en passant par le locking – type de danse funk rattaché à la mouvance hip-hop, ndlr –, par ce que pour toucher un public large et que chacun se sente représenté, il faut mobiliser différentes esthétiques. Ce qu’on aime, c’est travailler sur la diversité des corps. Si l’on veut que l’écologie se ressente dans les corps, ces corps qu’on habite tous, alors elle doit intégrer tous les corps en mouvements.

Parmi les danseurs et danseuses qui nous rejoignent, il y a plusieurs profils. Certains aiment l’idée de participer à un projet de création, d’autres sont davantage sensibles au fait de militer pour l’environnement. D’ailleurs, dans notre public, c’est la même chose : certains viennent pour la danse, d’autres pour le message environnemental. 

Comment est né le collectif Minuit 12 ? 

P. L. : Le collectif est né en 2021, et nous nous y consacrons à plein temps depuis janvier 2022. Nous nous sommes rencontrés et avons commencé à danser ensemble pendant nos études. Au moment d’entrer dans la vie professionnelle, nous nous sommes demandé quoi faire pour avoir un impact. Nous ne voulions pas intégrer un système dans lequel nous ne croyons pas, mais faire quelque chose d’utile pour ces prochaines années qui sont d’importance capitale. C’est pour ça que nous nous sommes engagé·es à plein temps dans le projet. Nous sommes artistes, nous aimons danser mais nous nous interrogeons sur l’avenir. Plutôt que d’en faire un vecteur d’anxiété, nous avons décidé d’en faire une source de motivation. 

Trois membres du collectif Minuit 12 devant un mur sur lequel il est écrit "Ensemble, nous sommes le futur"
© Minuit 12

En quoi la danse est-elle une voie efficace de sensibilisation ?

P. L. : J’ai collaboré sur plusieurs projets avec Camille Étienne, notamment dans l’une de ses créations qui s’appelle Génération et j’ai aussi dansé avec Jade Verda, une autre danseuse du collectif, sur sa vidéo appelée Désobéir. En travaillant sur ces projets, nous avons eu beaucoup de retours positifs, de personnes qui nous disaient que c’était une approche différente qui les touchait plus efficacement qu’un discours frontal. Les gens s’affolent, se braquent face à certains arguments et opinions personnelles ; nous, on essaie de leur faire ressentir quelque chose. Par le corps, on touche les gens plus intimement. Si par nos mouvements tu ressens dans ton fort intérieur que ce dont on te parle c’est ton environnement, ton futur, les espèces avec qui tu partages cette terre, c’est fort. La danse, à l’origine, c'est créer des sensations et des émotions, et si on peut les orienter vers l’écologie, c’est très puissant.

Comment est née la vidéo sur le projet EACOP avec Camille Étienne ? 

P. L. : Certains projets, comme des spectacles, vont demander des mois de travail ; d’autres, parce qu’ils répondent à une actualité, doivent être mis sur pied rapidement. Camille Étienne a coordonné tout cet événement et nous a proposé une collaboration. On s’est retrouvées à imaginer la chorégraphie en très peu de temps, à devoir recruter des danseurs.

Il y a une différence entre les chorégraphies dansées et vécues en live, et celles filmées avec des images reprises. Quand on travaille pour des vidéos, on pense en termes d’images : il faut créer des images fortes pour toucher un large public. On connaît les angles qu’on doit faire avec les corps pour que ça ressorte bien à la caméra.

Capture d'écran de la vidéo de la chorégraphie
© Minuit 12

On est très fièr·es de cette performance, réalisée avec une équipe très motivée. C’était véritablement un projet activiste : rassembler des gens en peu de temps autour d’une cause pour faire quelque chose de fort qui va tourner. Ça nous tenait particulièrement à cœur de participer au mouvement Stop EACOP : avoir connaissance des recommandations du GIEC et savoir qu’on nous prépare cette véritable bombe climatique, ce n’est tout simplement pas possible. C’est clairement le genre d’événement où l’on peut mettre la danse au service d’un projet plus grand.

Quels sentiments vouliez-vous transmettre à travers cette chorégraphie précise ? 

P. L. : Par cette chorégraphie nous avions envie de montrer que nous n’allions pas nous laisser faire, réaliser une danse battante, combative, symboliser que nous n’allions pas reculer. Worakls – auteur-compositeur-interprète de musique électronique français, ndlr – a fait un son qui nous a vraiment inspiré·es. On sait qu’il y a un pouvoir décisionnel fort qui est entre les mains des entreprises et de la sphère politique, mais les individus peuvent influencer tout ça, et on voit déjà que ça marche. On a vraiment travaillé sur cette idée de limite, de front uni, soudé. L’idée c’est de dire et de montrer par le mouvement et la danse dans l’espace qu’on est là, qu’on ne laissera pas ce genre de projets passer. Les gens de Total sortaient du bâtiment, nous posaient des questions. Beaucoup ne sont pas informés, pensent que ça ne sert à rien, mais il y a des victoires des activistes. Il faut y aller ! 

Quels sont vos autres projets avec le collectif ?

P. L. : Le grand projet de ce collectif, c’est un spectacle qu’on va danser à Paris en 2023, et qui s’appelle Écume. C’est un conte visuel environnemental qui explore notre lien à l’eau, et dans lequel des danseurs interagissent avec des vidéos projetées. C’est ce projet qui a rassemblé le collectif, mais on n’avait pas envie de s’arrêter là, d’où l’idée de monter une structure pour mettre toutes nos compétences au service de l’activisme climat. Par exemple, une de nos danseuses, Inès, est aussi une compositrice beatmakeuse très connue sur la scène hip-hop et elle compose tous les sons du collectif. Moi je suis aussi photographe, Justine est aussi comédienne… On avait envie de créer un pôle artistique et de l’élargir avec des collaborations avec d’autres artistes selon les projets. On aime cette notion de collectif : si on doit faire quelque chose, on doit le faire ensemble. Le but c’est que le message prenne et que d’autres personnes veuillent nous rejoindre. De plus en plus d’artistes nous contactent pour collaborer, c'est la clef.

Est-ce que la notion d’écologie culturelle te parle ?

P. L. : Nous partons du principe que la question écologique concerne notre avenir à tous et doit donc infuser tous les domaines de la société. Nous, nous travaillons sur la branche artistique. Et on se dit que si chacun peut entremêler de l’écologie dans son métier et son quotidien, alors les choses peuvent vraiment changer. Nous sommes persuadé·es que l’art et la culture touchent bien plus que ce qu’on ne croit. Quand on voit un film, l’expérience ne s’arrête pas à la porte de la salle ; c’est pareil pour les spectacles, les expositions. On en parle autour de nous, on y réfléchit, cela influence d’autres actions qu’on va faire à l’avenir. En travaillant sur l’art vivant, le corps, il y a aussi un rapport de proximité immédiat qui se crée. Quand on est dans une salle de spectacle, les artistes sont à deux pas, et il y a un lien fort qui se tisse. On partage l’espace. 

Trois danseuses du collectif Minuit 12 en train de danser
© Minuit 12

Vous dansez aussi en extérieur, dans l’espace public ? 

P. L. : On aime beaucoup danser en extérieur. C’est avec le corps qu’on arrive à se connecter aux différentes sensations, quand on danse sur le sable par exemple ou sur un sol qui n’est pas tout à fait plat, on doit faire corps avec les asymétries du terrain, se servir du vent, vivre avec et ne pas aller contre. C’est aussi bien sûr l’idée de s’inscrire dans l’espace public, autant notre génération que ces thématiques. On a parfois l'impression que les thématiques écologiques appartiennent à une petite catégorie de personnes, c’est ce que nous disent souvent nos familles, mais ce sujet doit tout surplomber car il nous concerne tous. Danser dans l'espace public c'est affirmer notre volonté pour le futur et se confronter à des publics très différents. Notre but est aussi de sortir l’art des théâtres, des galeries d’art, des lieux d'exposition et de diffusion classiques. Danser dans des espaces plus improbables, plus ouverts, ça nous permet d’avoir un public plus large. Récemment, nous avons dansé en extérieur à Belleville et c’était super parce qu’on s’est vraiment posés au milieu du quartier, et certains nous connaissaient mais beaucoup passaient là par hasard, se sont laissés surprendre, ont été très touchés et ont eu envie d’aller approfondir. Ce sont ces réactions-là qui nous font le plus plaisir, ces gens qu’on arrive à attraper par surprise. Les mots peuvent braquer certaines personnes, en mettre d’autres à distance, mais la danse permet des multitudes d'interprétations.  

Les mots peuvent braquer certaines personnes, en mettre d’autres à distance, mais la danse permet des multitudes d'interprétations. 

Pauline Lida

Quels sont les retours du public plus globalement ?

P. L. : Il y a beaucoup de gens qui sont très émus. D’autres à qui ça donne envie de s’engager et de se mettre en mouvement, pas forcément par la danse, mais par l’action. C’est l’idée qu’on veut transmettre : on initie un mouvement à rejoindre, à prendre en route. Par la danse, on parle vraiment à différentes tranches de la population, des personnes d’âges très différents. La dernière fois on a reçu un message d’une maman qui nous disait que son fils était en train de refaire une de nos chorées dans son salon. La danse ne nécessite pas de mots, il n’y a pas besoin d’avoir un certain âge pour comprendre un discours. Chacun va avoir sa propre interprétation, et on peut ainsi toucher aussi bien les plus petits que les personnes beaucoup plus âgées. Les réactions sont donc hyper vastes. Certains ont envie de nous rejoindre dans des projets qui sont ouverts aux amateurs, d’autres veulent s’engager ailleurs, certains sont interpellés. Mais dans tous les cas l’émotion prime. Quand on ressent des émotions, même des émotions conflictuelles, il y a des questions qui germent, on se renseigne, et au fur et à mesure, on s’engage. 

––– Le collectif Minuit 12 organise régulièrement des workshops participatifs tous niveaux, ouverts à tous.tes. N’hésitez pas à les suivre sur Instagram pour vous tenir au courant des prochaines sessions et rejoindre le mouvement. Quant à nous, chez carbo, nous ne manquerons pas de vous reparler de leur futur spectacle Écume.

Juliette Mantelet
Juliette est journaliste et co-rédactrice en chef. Ce qui l'enthousiasme par-dessus tout, c'est d'explorer le monde qui change et les futurs possibles avec optimisme par le biais de la littérature et de la pop culture.
Une sélection d'articles dans votre boite mail 📩
Une fois par mois, une petite pause de culture écologique dans votre boîte mail.

Vous devriez aussi aimer

1 2 3 7
Logo Carbo Bilan Carbone Entreprise
Version beta

Engagez vous dès aujourd'hui avec Carbo.

Votre allié pour maîtriser votre impact carbone
Accélérer la prise de conscience écologique pour réduire dès maintenant notre empreinte carbone.
Carbo ® tous droits réservés
Conçu en 🇪🇺 avec 1.57 tCO2e / an 🌱
Logo Impact 120
Logo Impact France
Logo Capterra Best Value 2023
Trustpilot Reviews
Logo Appvizer
Logo France Relance
Logo Qontrol
Logo Solar Impulse
Logo CDP Provider
Logo CSRD

 📢 [Webinar] ADEME X Carbo

"Comprendre les ordres de grandeur de l’impact carbone, un levier pour les entreprises". L'ADEME (Mon Impact CO2) et Carbo vous donne rendez-vous le mardi 23 avril 2024 - 12h00 (CET).


cross-circle linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram