La Maison des Canaux : le réemploi de A à Z

 ⏳ 
lecture 5 min
🪄 
màj en décembre 2023

En vous promenant sur le bassin de la Villette à Paris, peut-être avez-vous déjà aperçu le bâtiment de la Maison des Canaux, véritable emblème de l’économie circulaire et du réemploi. Retour sur ce projet ambitieux, aux côtés de Junior Fritz-Jacquet et William Amor, « sublimateurs » de matériaux abandonnés.

Les actes valent plus que les mots. Ça, l’association Les Canaux l’a bien compris, puisque sa mission est d’accompagner et valoriser les acteurs et actrices de l’économie sociale et solidaire. Alors quand il a fallu aménager des locaux pour en faire leur siège, ils y ont vu une opportunité rêvée. Celle de montrer à tout le monde qu’il est possible de construire autrement. Le projet : rénover un bâtiment abandonné depuis huit ans, entièrement en économie circulaire et inclusive. Un projet plutôt ambitieux lorsqu’on sait qu’en 2020, 66 % des déchets produits en France étaient issus du secteur de la construction.

Avec la Ville de Paris, ils se sont fixés comme objectifs d’utiliser 100 % de matériaux réemployés, récupérés ou biosourcés ; de réaliser les travaux avec des entreprises d’insertion, et de faire de l’accessibilité de leurs locaux une priorité ; de favoriser au maximum l’innovation et l’expérimentation (démarches, matériaux…). Et ce fut un succès puisque in fine, 95 % des déchets liés à la rénovation du bâtiment ont été recyclés ou réutilisés pour le projet. 

Des artistes pas comme les autres

Au total, plus de 120 artistes et artisans ont participé au projet de rénovation de la Maison des Canaux. Parmi eux, Junior Fritz-Jacquet et William Amor, deux artistes dont la spécialité est de transformer nos déchets en œuvres d’art, avec qui nous avons eu la chance d’échanger. 

Junior Fritz-Jacquet, surnommé le sculpteur de papier, est passionné d'origami depuis l’âge de 7 ans. Aujourd’hui, il travaille tous types de papier pour en faire des objets divers et variés. Sa marque de fabrique : des luminaires en papier réutilisé. De son côté, William Amor se dit « ennoblisseur de matières délaissées ». Sa spécialité : transformer les rebuts du quotidien en créations florales inspirées du vivant. Il s’est donné pour mission de métamorphoser les déchets plastiques en les traitant aussi précieusement que de l’or ou du diamant.

Des virtuoses… du papier et du plastique

En termes de matériau, Junior Fritz-Jacquet ne jure que par le papier. Mais le papier sous toutes ses formes : du papier à cigarette jusqu'au carton double couche ! Toutefois, sa spécialité c’est le papier dit « déclassé ». Celui que les industries mettent de côté à cause d’un défaut de fabrication. À force de visiter des usines de papier, l’artiste s’est rendu compte de ce gâchis phénoménal : « En fait, ça coûte très cher de le faire recycler, donc ils préfèrent le stocker ».

Pour William Amor, c’est une toute autre matière qui prédomine : le plastique. « Tout est né il y a vingt ans, d'une rencontre avec un sac plastique errant dans les rues de Paris », nous raconte l’artiste. « Sa texture me faisait penser à des pétales de fleurs. J'y ai vu comme une matière organique, à la fois fragile et résistante ». Depuis ce jour, l’artiste n’a cessé de transformer nos rebuts plastiques en créations florales, plus vraies que nature.

Pourquoi choisir de travailler avec des déchets ?

Pour les deux artistes, réutiliser des déchets relève avant tout du bon sens. « Le déchet est une notion inventée par l’Homme », nous dit William Amor. « Aujourd’hui le déchet existe parce qu’on a les moyens d'exploiter des ressources sans imaginer un cycle. Quand on n'a pas d'argent, le réemploi c'est juste du bon sens. »

Les deux hommes ont grandi à la campagne et ont développé dans leur enfance, un lien fort avec la nature. « J'ai été élevé à la ferme avec des animaux, à cultiver la terre », raconte Junior-Fritz Jacquet. « La connexion à la nature et aux essentiels, pour moi c'est normal. Ça a toujours été "sois poli, dis merci, respecte la nature" ».

« Je me suis rendu compte que sensibiliser les gens, ça passe par des petites actions qui paraissent anodines, mais qui ont une forte importance »

Junior Fritz-Jacquet

De par leur travail, les deux artistes partagent un même objectif : sublimer nos déchets pour leur redonner la valeur qu’ils méritent. « On ne voit pas de pépites d'or ou de diamants dans la rue. Si on définissait une valeur à nos déchets, ils n’existeraient plus », explique William Amor. D’après Junior Fritz-Jacquet, pour que cela fonctionne, les gens doivent oublier le matériau de départ. « Je veux que l’on voit le travail avant de se demander comment ça a été fait. C'est pour cela que je recherche constamment à atteindre une forme de perfection esthétique dans mon travail ».

Un engagement écologique, mais aussi solidaire

Mais l’engagement des deux artistes ne s’arrête pas là. William Amor travaille fréquemment avec des personnes atteintes de handicap, dans une logique d’inclusion. À chaque projet, il monte ainsi une équipe de « petites mains d’or » qui participent à la réalisation de l'œuvre, (comme ça a été le cas pour la Maison des Canaux). « Ça apporte du sens au projet », nous raconte-t-il. « Finalement, moi, ce dont je me souviens de chaque projet, ce sont les aventures humaines. Des rires, des joies. C'est le fait d'avoir pu accorder du temps et de la valorisation pour leur travail ».

Junior Fritz-Jacquet, quant à lui, intervient régulièrement dans les écoles pour enseigner l’art du pliage aux enfants. Pour animer ces ateliers d’origami, il a développé un partenariat avec l’imprimeur Printoclock, qui le fournit en chutes de papier. « C’est beau de voir ce papier déclassé se transformer en support de créativité pour les enfants », explique-t-il. Aujourd’hui, l’artiste a même poussé la démarche un cran plus loin, en montant un réseau d'animateurs formés à l’art de l’origami.

Pour aller plus loin…

Aujourd’hui, des visites de la Maison des Canaux sont organisées régulièrement pour montrer qu’une rénovation peut très bien se faire de manière écologique et respectueuse du vivant. Les inscriptions se font sur le site de l’association Les Canaux.

Pour admirer le travail de Junior Fritz-Jacquet, rendez-vous sur son site internet où il dévoilera bientôt un projet en lien avec les Jeux olympiques 2024.

Quant à William Amor, nous vous invitons à suivre son actualité sur instagram, pour être tenu informé de ses prochains projets.

Estelle Serrero
Estelle est rédactrice web freelance. Par sa plume, elle s'engage à rendre visible tout sujet lié à l'Eau, l'Énergie et l'Environnement.
Une sélection d'articles dans votre boite mail 📩
Une fois par mois, une petite pause de culture écologique dans votre boîte mail.

Vous devriez aussi aimer

1 2 3 7
Logo Carbo Bilan Carbone Entreprise
Version beta

Engagez vous dès aujourd'hui avec Carbo.

Votre allié pour maîtriser votre impact carbone
Accélérer la prise de conscience écologique pour réduire dès maintenant notre empreinte carbone.
Carbo ® tous droits réservés
Conçu en 🇪🇺 avec 1.57 tCO2e / an 🌱

[Webinar] Secteur de l'industrie : Comment réaliser son bilan carbone ?

Comment les entreprises industrielles peuvent réduire efficacement leur empreinte carbone ? A2C Prefa témoigne aux côtés de Carbo le 29.02 à 12h !


cross-circle linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram