Lecture 10 min -
mis à jour en octobre 2021

Quelle est l’empreinte carbone d’un mail ?

Anaïs Fleury
Sommaire

On estime à 1,4 milliards le nombre d’emails envoyés chaque jour par les français. Canal de communication simple et rapide, le mail n’est pourtant pas innocent sur le plan environnemental. Carbo vous plonge dans une rapide analyse de l’empreinte carbone d’un mail et vous propose 5 actions concrètes pour la réduire. 

Connaître l'empreinte carbone d'un mail en 1 minute.

Quelle empreinte carbone pour quel type de mail ? 

L’e-mail a été inventé en 1971 par Ray Tomlinson, un ingénieur américain sur le réseau ARPANET, l’ancêtre d’Internet. C’est dans ce contexte que notre symbole @ est né. Le projet créé en 1966, n’a jamais connu autant de succès qu’aujourd’hui. 

empreinte carbone mail

Que représentent nos mails aujourd’hui ?  

Ils font désormais partie de notre quotidien : newsletter reçue, pièces jointes envoyées, réunion programmée… Notre communication professionnelle comme personnelle aujourd’hui s’effectue très souvent par mail. Ainsi, en chiffres, c’est : 

  • 5,59 milliards de comptes actifs en 2020 ;
  • 293,6 milliards d'emails envoyés et reçus quotidiennement pour l’année 2019 ;
  • 4 milliards d’utilisateurs en 2019. 

Cela représente une part importante de pollution numérique générée.

Mail VS Lettre 

L’avantage de l’e-mail est souvent mis en évidence et est comparé à la lettre : « Préservez l’environnement, n’imprimez cet email que si c’est vraiment nécessaire », voit-on régulièrement dans nos boîtes. Et pourtant, rien d’évident en ce qui concerne la pollution générée. 

On peut penser que ne pas envoyer par la poste, c’est préserver des arbres en économisant le papier et le timbre. Néanmoins, l’impact environnemental d’une lettre nécessite de prendre en compte plusieurs paramètres : type de papier utilisé et type d’encre, fournisseurs, trajets effectués, consommation d’énergie…. Quant à l’impact d’un email, cela dépend aussi du contenu (pièces jointes ou non), du nombre de destinataires…

Ainsi, si on considère le cycle de vie d’un email (de la fabrication de l’ordinateur à l’électricité pour stocker les données), alors l’énergie nécessaire est phénoménale. 

Qu'en disent les études ?

D’après une analyse de BIO Intelligence Service qui se fonde sur un scénario d’entreprises françaises, un salarié reçoit 58 messages quotidiens et en envoie 33 d’une taille moyenne de 1 Mo. Cela représente 13,6 tonnes équivalents CO2, soit 13 allers-retours Paris New York… 

Quant au papier, aujourd’hui, les encres sont vertes, la gestion durable…Comment donc départager l’un et l’autre ? 

Le cabinet Quantis a réalisé une étude pour le groupe La Poste avec cinq scénarios (facture, brochure, deux types de catalogues et un dépliant) portant sur l’analyse de cycle de vie (ACV) de l’impact du numérique et du papier. 16 indicateurs environnementaux ont été pris en compte :

indicateurs et impacts pris en compte étude

Ainsi, pour un scénario de « Flyer recto en couleur distribué en boîte aux lettres comparé à une vidéo publicitaire consultée sur un réseau social. » , le papier est plus favorable que le numérique pour 15 indicateurs environnementaux sur 16. L’indicateur où le papier n’est pas favorable est l’utilisation des sols. 

Le papier pour ce scénario représente 3 fois moins d’impact sur le réchauffement climatique et 7,1 fois moins de ressources fossiles utilisées. 

Finalement, l’impact environnemental des deux supports dépend du contenu, du nombre de destinataires… et du scénario. Alors plutôt que de se demander comment vais-je envoyer mon message, faire le bon choix écologique c’est utiliser les deux médias de manière complémentaire afin de mener au mieux une campagne de communication efficace mais éco-responsable.  

Quel est le coût énergétique d'un mail ?

On ne vous apprend rien si on vous dit que plus on envoie de mail, plus le coût énergétique est élevé. 

Petit zoom sur l’énergie nécessaire pour envoyer et stocker une donnée dans un data center. Que vous envoyiez un email à un collègue à l’autre bout du monde ou assis à côté de vous, les données transitent vers les mêmes centres de données. Les messageries courantes sont situées aux Etats-Unis, qui utilisent des routeurs, des serveurs, des ordinateurs, et donc de l’énergie. 

D’après le site Nature, la consommation énergétique des centres de données représente 200 TWh par an ce qui dépasse la consommation d’énergie de pays comme l’Iran par exemple. 

Les centres de données représentent ainsi 0,3% des émissions de gaz à effet de serre. Mais si l'on prend en compte toutes les technologies de l’information et de la communication (TIC), alors on obtient une part de 2% des émissions globales.  

L’empreinte carbone de nos mails 

On considère qu’en moyenne, un employé de bureau reçoit 121 courriels par jour. D’après le rapport du Carbon Literacy Project

  • un spam équivaut à 0.3 gCO2e ; 
  • un message sans pièces jointes c’est : 4 gCO2e ; 
  • un email avec de grosses pièces jointes : 50 gCO2e ; 
  • une newsletter : 10 gCO2e. 
mail vs lettre empreinte carbone

Ainsi, si 121 courriers sont reçus par jour, que la moitié de ces derniers sont des spams et que le reste est réparti entre simples e-mails et ceux avec pièces jointes, cela donne : 

60.5 spams x  0.3 g CO2e  =  18.5 g CO2e

30.25 simples emails  x  4 g CO2e  =  121 g CO2e

30.25 emails avec pièces jointes x  50 g CO2e  =  1512.5 g CO2e

Donc 121 courriers échangés par jour, cela revient à 1,652 grammes d’équivalent CO2. Soit 0,6 tonnes de CO2/an par personne. 

🖐 Envoyer une photo de ses vacances à dix personnes équivaut à un déplacement de 500 mètres effectué en voiture.

A titre de complément, l’ADEME a réalisé une enquête sur l’impact carbone d’un mail en 2011. Ainsi, on apprend qu’un email envoyé à un destinataire contenant une pièce jointe (PJ) de 1 Mo de données a un impact réparti  : 

  • à 50 % chez les utilisateurs (expéditeur et destinataire) 
  • à 50 % chez les fournisseurs de services (comme Gmail par exemple). Le réseau internet représente moins de 5 % des impacts, quel que soit l’indicateur étudié.

🖐 Un mail avec une pièce jointe de 1 Mo équivaut à 19 gCO2e (d’après l’ADEME).

Empreinte carbone & mail : tableau récapitulatif 

Spam0.3 g CO2e
Sans pièces jointes4 g CO2e
Newsletter10 g CO2e
Pièce jointe de 1 Mo19 g CO2e
Grosses pièces jointes50 g CO2e

Au fait, pourquoi un email a-t-il une empreinte carbone ?

Envoyer ou recevoir un émail ou effectuer une recherche sur le web, cela n’a rien d’immatériel. Les terminaux sont nécessaires et constituent une lourde infrastructure technologique composée d’internet, de data center, et d’équipements.  

Empreinte carbone & mail : les bases du calcul carbone du numérique 

GreenIT a produit une étude sur l’ « Empreinte environnementale du numérique mondial » et fait le constat suivant : 34 milliards d’équipements peuplent le monde en 2019, pour 4,1 milliards d’utilisateurs, ce qui représente 8 équipements par utilisateur. Les smartphones occupent la première place, suivis des autres téléphones, des dispositifs d’affichages comme les télévisions, écrans d’ordinateur, et vidéoprojecteurs. 

Et ces équipements sont reliés à des équipements réseau (1,3 milliards dont plus de 1 milliard de modem ADSL / fibre) et à des centres informatiques (67 millions de serveurs).

L’empreinte carbone des terminaux utiles aux emails 

Les serveurs, pour stocker nos émails 

Un émail stocké, c’est 10 grammes de CO2 généré par an (d’après Cleanfox), soit le bilan carbone d'un sac plastique. Ces centres de traitement de données tournent 24h/24 et 7j/7 et doivent être refroidis, ce qui génère de la pollution numérique. De plus, la plupart des courriels sont dupliqués par sécurité pour éviter toute perte lors d’un incendie. Double peine donc. 

Carbo - Data Centers

Le téléphone portable 

La plupart de nos messages sont visibles à la fois sur le web sur notre ordinateur et par synchronisation sur notre téléphone. La synchronisation des mails représente aussi une large part dans l’autonomie et la consommation de data de votre smartphone. Un sacré coût écologique. 

L’ordinateur

La fabrication d’un ordinateur, c’est 240 kilogrammes de combustibles fossiles, 22 kilogrammes de produits chimiques et 1,5 tonne d’eau… La fabrication des terminaux, que ce soit les ordinateurs ou les téléphones représentent 45% de la consommation énergétique des outils numériques. 

🖐 Fabriquer un ordinateur de 2 kg c’est utiliser 600 kg de matières premières mobilisés, 103 kg de CO2e sur les 156 kg émis sur l’ensemble de son cycle de vie (ADEME)

Empreinte carbone & mail : quelles alternatives pour ma messagerie ?

Réduire la pollution numérique associée à ses mails en changeant de messagerie, c’est possible ! Si certaines ont un hébergement vert, d’autres financent des projets écologiques… Passage en revue des alternatives green et écologiques. 

Les grands groupes : Yahoo, Gmail, Outlook…

Les grands groupes ont des data center principalement localisés aux Etats-Unis. Ce qui signifie que l’envoi d’un message pour rejoindre son destinataire, parcours des milliers de kilomètres. Les données transitent nécessairement par ces serveurs, ainsi que par des routeurs qui dirigent la donnée vers la bonne destination. 

🖐 Depuis 4 ans, Google (qui détient Gmail) a compensé la totalité de sa consommation annuelle d'électricité par l'achat d'énergies renouvelables. Le groupe a pour objectif de fonctionner entièrement avec de l'énergie propre 24h/24 et 7j/7 d'ici 2030. Vraie révolution...ou éco-blanchiment ?

Lilo Mail, la petite pousse

Né en 2015, Lilo Mail (un groupe français) propose un système de téléchargement local des pièces jointes, ce qui permet d’envoyer de grosses pièces jointes (jusqu’à 5 Go) avec un faible impact énergétique et écologique. Les serveurs sont hébergés en France, et le moteur de recherche éco-responsable de Lilo y est intégré. 

🖐 D’après Lilo Mail, « Chacun de nous produit en moyenne 130 kgCO2e par an avec les messageries traditionnelles. » L’entreprise permet d’être avertis lorsque des pièces jointes inutiles et volumineuses occupent notre espace.

Newmanity, pour l’environnement et la vie privée 

Start-up française, Newmanity préserve la vie privée et l’environnement. En effet, son data center situé aux Pays-Bas, est alimenté par des énergies renouvelables à hauteur de 100% et est certifié neutre en carbone. Les techniques de refroidissement sont moins énergivores et la start-up compense son empreinte carbone depuis 2016. 

Espace de stockage et messagerie, Newmanity permettrait de réduire par deux les dépenses en CO2 générées par les flux de mails.

Ecomail réinvestit dans des projets écologiques

Petite entreprise tricolore, Ecomail finance des projets écologiques à hauteur de 50% de leurs recettes. Hébergée en France, la messagerie met l’informatique au service de l’écologie. Pas de publicité ni d’exploitations de données personnelles, Ecomail permet l’investissement durable.

Posteo, la messagerie allemande écologique

Seul groupe non français mais allemand, cette messagerie possède plusieurs fonctionnalités : calendrier et carnet d’adresse comme Gmail. L’électricité est fournie à 100% par Greenpeace Energy et vous avez accès à une messagerie sans publicité et avec un filtre anti-spam pour 1 euro/an. Le cryptage de vos mails permet de protéger vos données personnelles.

mail réduire empreinte carbone

5 actions pour réduire l’empreinte carbone de mes mails

Pour que votre messagerie ne devienne pas un terreau fertile d’émissions de gaz à effet de serre, voici 5 actions pratiques et faciles vous permettant de réduire votre empreinte carbone. Une bonne nouvelle pour la planète.

Trier sa messagerie pour supprimer l’inutile 

Trier sa boîte régulièrement c’est : 

  • Se désabonner de toutes les newsletters et abonnements inutiles ;
  • Vider fréquemment sa corbeille de messagerie et archiver ses mails sur son ordinateur afin de limiter le stockage des données sur les réseaux ; 
  • Installer un anti-spam ; 
  • Ne pas oublier les différentes boîtes que vous avez (pro/perso) et les différentes catégories : réception, envoyés, brouillon, indésirables, corbeille…Tout doit disparaître!

🖐 Vous pouvez nettoyer votre messagerie avec une application type Cleanfox. 

Alléger vos envois de mails 

Eviter d’envoyer un message lourd c’est 

  • Compresser ses pièces jointes ; 
  • Envoyer un format texte plutôt qu’un lien hypertexte. Mais préférer un lien hypertexte plutôt qu’un gros fichier.

🖐D’après une étude de GreenIT, Le format texte est en moyenne 12 fois moins lourd que le format HTML ou hypertexte.

Limiter le nombre de destinataire et condenser ses mails 

Envoyer un message « pour information » à toute son équipe, est-ce vraiment utile ? Envoyer un message en fin de journée au lieu de communiquer sur l’état de l’avancement avec trois mails dans la journée, une meilleure pratique ? 

Limiter le nombre de destinataires et le nombre de mails c’est limiter son impact environnemental. 

Et le partage par USB ? 

L’ADEME a produit une étude qui compare le fait de transmettre un document de 10 Mo (soit 200 pages) à un destinataire avec une clé USB et avec lecture du document à l’écran. Ainsi, la capacité de stockage (512 Mo, 2 Go et 8 Go), le taux de remplissage de la clé (10 %, 25 % 50 % et 100 %), et la durée de lecture du document à l’écran sont pris en compte. 

On retient donc de cette étude qu’une clé USB lorsque sa capacité est grande et lorsqu’elle contient des fichiers, a un impact écologique proportionnellement faible. Ainsi, imprimer son document pour le lire a moins d’impact que le lire à l’écran. Et que l’envoyer par mail. 

Seul cas où la lecture à l’écran a moins d’impact qu’impression en noir et blanc ? Une lecture inférieure à 2 minutes et 12 secondes par page. On vous laisse tester 😇. 

L’indispensable, rien que l’indispensable 

Avant d’envoyer un message chargé d’un gros fichier, demandez-vous si c'est vraiment nécessaire

  • Cette personne mise en copie est-elle indispensable ? 
  • Ai-je encore besoin d’avoir sous la main une newsletter de 2007 ? 
  • Pourquoi garder ce fichier joint que j’ai téléchargé localement sur mon ordinateur ? 
  • Est-ce que recevoir cette newsletter m’intéresse toujours ? Et si j’appuyais sur se désabonner? 

L’indispensable, rien que l’indispensable, pour viser la sobriété numérique

Anaïs Fleury
Content Manager chez Carbo
Vous cherchez une solution pour mieux maîtriser votre pollution numérique en entreprise ?
Découvrir Carbo
Carbo ebook

Vous devriez aussi aimer

Logo Carbo Bilan Carbone Entreprise
Version beta

Engagez vous dès aujourd'hui avec Carbo.

Votre allié pour maîtriser votre impact carbone
cross linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram