Empreinte Carbone 5G

Amish & 5G : pourquoi Macron a raison

Emmanuel | Cofondateur de Carbo

Empreinte Carbone 5G : son déploiement est t-il une bonne nouvelle pour atteindre l’objectif de neutralité carbone en 2050 ?

Les Amish : c'est en employant cette comparaison douteuse, pour décrire les élus anti-5G, qu'Emmanuel Macron a confirmé ce qui semble aussi inéluctable que le réchauffement climatique :

Les antennes 5G vont progressivement remplacer les antennes 4G sur le sol français. Une bonne nouvelle pour atteindre l’objectif de neutralité carbone promise par le gouvernement en 2050 ? Les arguments ont de quoi rapidement nous perdre, tant les partisans des deux camps jouent sur la complexité de ce nouveau système. Alors, rapprochez-vous le plus possible d’une antenne 4G, on va répondre aux arguments des pro-5G.

Empreinte Carbone 5G
Empreinte Carbone 5G : fait-on le bon choix ?

Empreinte Carbone 5G, Argument #1 :

les nouvelles antennes vont remplacer les anciennes. La 5G ne nécessite pas de nouvelles infrastructures lourdes.


Jusqu’en 2025, seules 10 500 antennes 5G devraient être installées sur les 85 000 sites (2G, 3G et 4G) déjà existants. Le problème : rien que ces remplacements nécessitent des matériaux de pointe, et son cocktail fait de métaux rares, de transport et d’énergie carbonée.

Il faut 3 fois plus d’antennes 5G pour assurer la même couverture que la 4G

La suite est malheureusement encore plus inquiétante. Il faudra en moyenne 3 fois plus d’antennes 5G pour assurer la même couverture que la 4G (!) dans les zones péri-urbaines et les territoires ruraux. Un très bon résumé de La Tribune décrypte pourquoi il faudra un nombre colossal d’antennes pour couvrir le pays.

Empreinte Carbone 5G, Argument #2 :

une antenne 5G est plus économe, elle produit 15 fois plus de débit qu'une antenne 4G, pour seulement trois fois plus d’électricité.


C’est l’argument censé convaincre les plus réticents : les antennes 5G permettent de consommer plus de data avec moins d’énergie. Autrement dit, si le trafic de données n’augmente pas, la 5G permettra de réduire la consommation d’énergie et donc de réduire les émissions de gaz à effets de serre. Malheureusement, cette logique ne prend pas en compte… la réalité. 

La consommation des données mobiles 4G augmente de près de 30 % par an. Et ce phénomène va s’amplifier avec la rapidité et la fluidité promise par la 5G.

Amish Empreinte Carbone 5G

L’économiste britannique William Stanley Jevons (1835-1882) a théorisé cette accélération des usages dès la révolution industrielle. C’est « l’effet rebond » : l’augmentation de la consommation de charbon (la data) est possible grâce à la croissance d’utilisation des machines à vapeur (la 5G). En clair, plus le téléchargement d’un film est rapide, plus nous allons en télécharger. Une amplification de l’utilisation des réseaux donc, qui entraînera naturellement une augmentation de la consommation énergétique des serveurs. Or ces machines sont capables de stocker toujours plus de données, mais avec des répercussions catastrophiques en terme de rejets d’émissions. 

Rappelons-le, notre mix énergétique est fondé à plus de 75% sur le nucléaire - une énergie décarbonée. Il est donc plus compliqué de se représenter que plus d’énergie veut forcément dire plus de carbone. Or pour les deux pays les plus en pointe sur la 5G, Etats-Unis et Chine - le pays a déjà déployé 150 000 antennes - c’est le charbon qui fabrique l’électricité a une écrasante majorité. 

Empreinte Carbone 5G, Argument #3 :

la 5G rendra les industries plus efficientes et moins émettrices


Il serait faux de décrire uniquement la 5G comme l’outil qui garantira un téléchargement ultra-rapide n’importe où. Cette technologie sera avant tout un outil industriel. La ville intelligente, où l’eau, l’énergie et les déchets pourront être mieux gérés, la voiture autonome, qui réduira l’engorgement des villes et la pollution, mais aussi une agriculture plus efficace, des flux de marchandises mieux optimisés ne pourront émerger qu’avec le déploiement de la 5G.

C’est une évidence que tous ces secteurs doivent réduire drastiquement et le plus rapidement possible leurs émissions et mieux gérer leurs ressources.

Carbo-Amish-Sipa

Mais le numérique est-il notre meilleur outil pour y parvenir ? Qu’en est-il de la décision humaine dans ces villes dites intelligentes ? Un agriculteur a-t-il besoin d’objets connectés pour mieux contrôler son irrigation en eau ?

Bref, ne sommes-nous pas encore face à un énième exemple de solutionnisme technologique ?

Un agriculteur a-t-il besoin d’objets connectés pour mieux contrôler son irrigation en eau ?

Enfin, qui dit nouveau réseau, dit nouveaux téléphones pour le réceptionner. Les premiers smartphones 5G sont déjà sur le marché, et Apple sort le sien en octobre 2020. Le Shift Project estime à 15% l’augmentation des ventes dues à l’arrivée de la 5G. De nouvelles fabrications qui nécessiteront plus de matières premières, plus d’eau et de transports sur l’ensemble du globe. Selon l’Ademe, les équipements (de leur fabrication à leur fin de vie) représentent à eux seuls 45% des émissions de gaz à effet de serre de l’industrie du numérique. 

Le Président de la République a donc raison, les Amish ne toléreraient sûrement pas d’antennes 5G sur leurs territoires.


Vous devriez aussi aimer

Carbo Business
Version beta
Engagez vous dès aujourd'hui avec Carbo.
Votre allié pour maîtriser votre impact carbone
arrow-left-circle linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram