Compensation carbone en entreprise : comment éviter le greenwashing

Ilo Rakotonavahy
 ⏳ 
lecture 9 min
🪄 
màj en juin 2022
Sommaire
Recevez nos dernières ressources pros par mail, gratuitement 👌

Faisant directement écho à l’Accord de Paris, la compensation carbone des entreprises connaît aujourd'hui un nouvel essor. Les consommateurs sont de plus en plus conscients des enjeux du réchauffement climatique et le concept est devenu un argument de confiance mais aussi de vente pour les entreprises.  La création du «Label Bas Carbone» en avril 2019 vient en effet renforcer la Stratégie Nationale Bas-Carbone. Le principe et les enjeux de neutralité carbone collective gagnent du terrain avec pour conséquence l’augmentation de projets de compensation plus ou moins efficaces. Pour trier le vrai du faux, on vous explique les fondamentaux, pourquoi et comment compenser les activités de votre entreprise au mieux. 

Stratégie bas carbone

Qu’est ce que la compensation carbone ? 

Définition de la compensation carbone

Compensation ou contribution

“Compenser son empreinte carbone” désigne principalement le fait de financer de manière volontaire un ou plusieurs projets écologiques dont l’activité permet d’éviter tout ou partie de ses émissions de gaz à effet de serre. Le concept de compensation s’inscrit dans une démarche plus générale de neutralité carbone et de développement durable.

La compensation carbone volontaire peut renvoyer à un imaginaire trompeur où il serait possible d’annuler ses mauvaises actions (les émissions) par l’achat de bonnes actions (crédits carbone). C'est pourquoi la notion de contribution à la neutralité carbone est de plus en plus courante dans plusieurs pays.

Tout l’enjeu de la neutralité carbone réside justement dans cet équilibre entre rejet de gaz à effet de serre dans l'atmosphère d’un côté, et absorption par des réservoirs de l’autre. 

🌱 Les mécanismes de séquestration carbone

On peut limiter le changement climatique en activant 2 leviers à l’échelle mondiale : une réduction des émissions de gaz à effet de serre et un développement des puits de carbone, c’est-à-dire des projets de compensation carbone.

Les puits carbone sont des réservoirs qui stockent, par un mécanisme naturel ou artificiel, le carbone atmosphérique. Il en existe plusieurs sur terre : les océans, les forêts en formation, les tourbières…

carbo arbre planter co2 et projet de compensation carbone

Dans le cas des forêts, c’est grâce au mécanisme de photosynthèse que le carbone dans l’atmosphère est capturé. C’est d’ailleurs pour cela que toute réduction de cette biomasse par la déforestation réduit le stock et rejette dans l'atmosphère le CO2 piégé. 

Ceci dit, les océans restent les plus grands puits de carbone. Dans les mers, les mécanismes biologiques (photosynthèse, calcification) et physico-chimiques (dissolution et précipitation) séquestrent ainsi 2,2 milliards de tonnes de carbone par an.

Les projets de séquestration carbone pour compenser son empreinte carbone cherchent à reproduire, améliorer ces mécanismes naturels ou encore trouver de nouvelles façons de piéger les émissions carbone (les enfouir sous terre par exemple). 

Le cas des crédits carbone 

Une deuxième option existe également pour l’entreprise : l’achat de crédit carbone. Avec le protocole de Kyoto, un marché de compensation carbone réglementaire a été mis en place et assure les transactions de crédits carbone. 

Le crédit carbone est une unité équivalente à 1 tonne de CO2eq évitée ou absorbée. Ainsi, pour compenser 1 tonne de CO2eq, il faut en théorie acheter 1 crédit carbone. 

Le prix d’un crédit carbone n’est pas fixe. Non seulement il est très variable, mais il faut aussi noter que les prix augmentent fortement depuis quelques années. 

💡 Pour plus d’informations, découvrez notre article sur le crédit carbone

Les différents projets de compensation

Des missions variées… 

On peut regrouper les projets de compensation carbone d'entreprise en trois catégories principales : 

  • Les projets forestiers, de stockage ou de séquestration carbone. La plantation d’arbres est l’un des exemples les plus connus ;
  • Les projets lié aux énergies renouvelables pour investir dans la recherche et le développement de sources d’énergies plus durables que les énergies fossiles ;
  • Les projets d’économie d’énergie qui développent des technologies propres et responsables permettant de produire mais aussi et de limiter la consommation d’énergie.

…À différentes échelles…  

Parmi ces projets, beaucoup sont réalisés dans des pays en voie de développement, touchés le plus directement par les conséquences du changement climatique. 

Mais c’est aussi possible pour une entreprise de contribuer à des projets de compensation carbone à une échelle plus réduite. 

Projets de compensation carbone à différentes échelles

Par exemple, en France, avec le programme Carbo Nord, les entreprises peuvent participer à des projets de reboisement dans une zone comprenant les Hauts de France, l’Ile de France et la Champagne-Ardennes. 

L’idée derrière les projets de reboisement est de reconstituer l’écosystème tout en faisant participer les agriculteurs de la région. 

…Qui respectent des labels et certifications précises 

Les projets de compensation carbone volontaire sont soumis à des labels et des certifications strictes. Mieux vaut y prêter attention.

Voici quelques exemples de normes reconnues à l’internationale pour faire certifier la réduction des émissions carbone de votre entreprise : 

Compensation carbone et Certification VERRA
Compensation carbone et Certification gold standard
Compensation carbone et vcs verified carbon standard
Compensation carbone et Certification Social Carbon
Compensation carbone et Certification Energy Satisfied

Le Verified Carbon Standard est le label le plus représenté. Il a été créé en 2006 par l’association VERRA. Il vérifie notamment que les réductions d’émissions de gaz à effet de serre des projets soient bien réelles, quantifiables, et transparentes. 

La compensation carbone marche-t-elle vraiment ? 🤔

De plus en plus, l’impact de la compensation carbone volontaire des entreprises est remis en question : entre compensation et greenwashing, la ligne est parfois très fine. Et les promesses de réduction des émissions sont souvent surestimées.

La compensation carbone : seulement une partie de la solution

S’il faut bien retenir un principe très important avant de se lancer dans des démarches de compensation carbone, c’est le suivant : toute seule, la compensation carbone est une solution imparfaite. 

Les efforts de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) doivent toujours intervenir avant de compenser son empreinte carbone car c’est le meilleur moyen d’avoir un impact, à l’échelle de votre entreprise, pour le climat. La compensation carbone intervient uniquement pour les émissions de gaz à effet de serre que vous ne pouvez plus réduire. 

Communiquer sur sa compensation carbone

Bilans négatifs et Greenwashing 

Avec leur démarche de compensation carbone volontaire et l’augmentation des achats de crédits carbone, les entreprises ont introduit la notion de bilan carbone négatif. Le calcul est simple : carbone émis moins carbone compensé. Mais le résultat est souvent éloigné de la réalité. 

De même, la tendance est également apparue en France avec des marques qui n’hésitent pas à afficher “Neutralité carbone”, “Marque certifiée neutre en carbone”, “produit zéro carbone”... mais faites bien attention aux termes que vous utilisez dans votre communication. 

Greenwashing et Compensation carbone

Prenons l’exemple de Microsoft. En 2020, le groupe a émis près de 11 millions de CO2eq. En 2025, il annonce frôler près de zéro émission concernant ses émissions de gaz à effet de serre de scope 1 et 2. Pour accomplir cette promesse, Microsoft compte notamment acheter des voitures électriques et se fournir en énergie renouvelable pour  ses serveurs. 

Concernant ses émissions de scope 3, l’entreprise prévoit également de sensibiliser ses partenaires à la sobriété énergétique et compense entre temps ses émissions avec le financement de projet de séquestration carbone. 

Est-ce suffisant pour l’étiquette “négatif en carbone” ? Pas vraiment. 

La neutralité est collective et non isolée

Pour rappel, l’objectif fixé par les États et le Protocole de Kyoto est d’atteindre la neutralité carbone collective à l’échelle du Monde. Le concept de “carbone compensé” n’est pas pertinent à l’échelle de l’entreprise seule. Ça ne marche pas comme ça. 

Les projets de compensation carbone volontaire ont des limites physiques réelles qu’on ne peut ignorer, notamment ceux de plantation et de séquestration carbone. Il n’existe pas assez de sols et d’arbres à planter pour absorber les 35 milliards de tonnes de CO2e que l’on produit par an. 

Le plus important à l’échelle de votre entreprise reste de réduire activement ses émissions de gaz à effet en repensant certains points clés de leur business model et de leur organisation interne.  


Mockup livre blanc entreprise éco-responsable

LIVRE BLANC

10 recommandations pour devenir une entreprise (plus) éco-responsable !


👋 La méthode n°1 : restez transparents !

L’ADEME est claire dessus : l’utilisation de ces termes expose les entreprises à des risques de controverse, voire de greenwashing et, bientôt, à des risques juridiques. Vous pouvez même trouver une liste de formulations à bannir de votre communication. 

Lorsque votre entreprise s’engage dans une démarche de compensation carbone volontaire, gardez donc à l’esprit qu’il est impossible d’être véritablement neutre en carbone. Venir l’affirmer revient à faire de la pub mensongère auprès de votre clientèle et de vos contributeurs. 

Pour éviter de tomber dans cette case, sortez de la vision arithmétique de la compensation carbone. Votre entreprise ne doit pas chercher à créer une balance parfaite car c’est un équilibre fictif. Ce sont vos actions qui ont de l’impact sur le réchauffement climatique.

Ensuite, restez transparents dans votre démarche. Communiquez de façon proportionnée sur vos différents leviers de contribution à la neutralité carbone collective mais aussi sur vos émissions de carbone rejetées au total. 

💡 Pour creuser le sujet, n’hésitez pas à lire notre article sur la neutralité carbone.

Comment compenser son empreinte carbone

Maintenant, vous savez que la compensation carbone n’est que la dernière étape d'une stratégie bas-carbone sérieuse… on peut passer à l’action !

L’exemple d’Interface 

Leur neutralité carbone présumée est à prendre avec précaution. Mais Interface nous fournit tout de même un exemple de compensation carbone qui change de l’habituelle plantation d’arbres. Leur idée pour piloter leur compensation carbone d'entreprise : vendre des dalles de moquettes carbone négatives pour bureaux et salons professionnels. 

Recherche, developpement et compensation carbone

La compagnie explique que les végétaux utilisés pour produire leur résine captent le carbone pendant leur croissance. Le carbone est ensuite emprisonné dans leurs dalles. Ce nouveau support bio-composite permettrait de réduire l'empreinte carbone produit des dalles de moquette de 33 % en moyenne. 

Les dalles peuvent également être réutilisées et sont facilement recyclables. Et les émissions de carbone restantes sont ensuite compensées par leur programme Carbon Neutral Floor

L’utilisation de l’argument de négativité carbone peut être critique. L’usage et la fin de vie des dalles ne sont pas pris en compte. Seules 1,5% des dalles sont effectivement réutilisées ou recyclées. 

Mais l’exemple reste intéressant. Il démontre que la démarche de compensation carbone n’est pas uniquement un processus à mettre en place à posteriori de la production de produits ou de services. Il peut intervenir à différents niveaux de la chaîne de valeur. 

N’hésitez pas à également mobiliser votre département R&D pour trouver des solutions innovantes de compensation. Toujours en plus de vos démarches de réductions de vos émissions carbone. 

Les bonnes pratiques selon l’ADEME 

L’ADEME a définit un cadre précis pour les démarches de compensation carbone : 

📊 Faire et rendre public un bilan des émissions GES, réductions et compensations

🔖 Choisir des projets de compensation labellisés

🌿 Privilégier des projets présentant des approches « développement durable »

🌍 Définir une juste combinaison de projets soutenus sur le sol national et de projets soutenus à l'international

🔉 Communiquer de manière responsable

🖐 Certains organismes et initiatives fournissent des outils et des conseils pour mieux définir votre trajectoire bas carbone. C'est le cas de la SBTi, pour des objectifs guidés par la science.  

Compenser son empreinte carbone en 3 étapes 

Étape 1/ Mesurer son empreinte carbone

C’est simple : pas de compensation carbone ni d’impact réel pour votre entreprise sans état des lieux des émissions. Pour cela, commencez votre projet avec la réalisation d'un bilan carbone

Vous avez besoin de connaître quels sont les principaux leviers d'action de votre entreprise. Cherchez ce que vous pouvez réduire au maximum et compenser le reste. 

Cela passe par une case calcul obligatoire ! 

C’est sûrement l’étape la plus longue. Mais vous pouvez éviter des coûts trop élevés et gagner du temps. Il existe de nombreux logiciels de calcul d’empreinte carbone disponibles en ligne. 

Et c'est là que Carbo intervient. On vous propose une plateforme de calcul du bilan carbone avec une interface simple à prendre en main . Le tout accompagné d’un guide pas à pas. Estimez plus facilement vos émissions sur les différents pôles de votre activité. 

Solution Carbo Entreprise

Mesurer et piloter efficacement votre stratégie bas carbone avec Carbo !

Étape 2/ Estimer le coût de la démarche

Munis de votre bilan carbone, vous pouvez par exemple en déduire le nombre d’arbres qu’il vous sera nécessaire pour absorber vos émissions et donc le budget à prévoir pour leur plantation dans votre projet.

Des plateformes et acteurs spécialisés pourront vous aider vous et votre entreprise dans cette démarche : Pur projet, EcoTree, Reforest'Action… 

Étape 3/ Contribuer à des projets 

Votre bilan carbone en poche, il ne vous reste plus qu'à choisir votre projet écologique pour compenser vos émissions de GES ! 

Découvrez toutes les initiatives développées avec notre partenaire Pur Projet. La qualité, l'engagement et le suivi Carbo ont déjà convaincu des centaines de contributeurs. 

Ilo Rakotonavahy
Ilo est Content Manager à Carbo. Spécialisée en Relations internationales, elle intègre le master Environmental Policy à Sciences Po. Son projet du moment : rendre les festivals de musique plus durables.
Et si votre entreprise passait à l'action avec Carbo ?
Je passe à l'action
Carbo ebook

Vous devriez aussi aimer

Logo Carbo Bilan Carbone Entreprise
Version beta

Engagez vous dès aujourd'hui avec Carbo.

Votre allié pour maîtriser votre impact carbone
magnifiercross linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram