Julien Vidal : « Rêvons les 2030 Glorieuses pour les définir comme cap »

 ⏳ 
lecture 5 min
🪄 
màj en mars 2024

À quoi ressemblera la vie en 2030 ? C’est la question que Julien Vidal nous invite à nous poser à travers son podcast 2030 Glorieuses, qui met en avant les acteurs du monde de demain. Julien est podcasteur et auteur. Il se définit comme un rêveur, un idéaliste et un créateur de nouveaux récits, mais avant tout comme un voyageur en direction des 2030 Glorieuses. Interview.

Comment est né ce projet de podcast ?

Julien Vidal : Le podcast est né d’une intuition, d’une envie de me projeter en 2030 Glorieuses. Une envie qui me trottait dans la tête depuis pas mal de temps. À l’époque, il n’y avait pas encore de podcast prospectiviste dans ce genre. J’ai senti que j’étais au bon endroit au bon moment alors je me suis lancé. Mon rêve serait d’arriver en 2030 et de réaliser qu’il n’y a plus besoin de ce podcast car on serait parvenu·es à ce monde meilleur dont on rêve aujourd’hui.

Ça faisait quelques années déjà que j'avais démarré le projet Ça commence par moi, qui consistait à mettre de l'ambition et du rayonnement sur les questions d'éco-citoyenneté individuelle, que je trouvais trop limitantes. Elles se concentrent en général uniquement sur les questions de réduction, de limitation, de consommation. Alors qu'il y a tellement de choses qu'on peut faire pour agir ! J’avais envie de montrer que c'est surtout à travers nos métiers qu'on a des leviers de transformation de notre société.

Aperçu des épisodes © 2030 Glorieuses

Cyclologisticien, gardienne de la nature, éco-syndicaliste... Pourquoi aborder 2030 à travers la question des métiers ?

J. V. : J’entends beaucoup de gens dire que c'est facile d'agir au niveau individuel mais qu'il est difficile de se mettre en cohérence avec ses valeurs au niveau professionnel. Ça me parait fou de dire ça ! Il y a tellement de personnes qui s'engagent à travers leur métier. Le podcast est un moyen de montrer ces gens là, de montrer que c’est possible.

Notre travail est bien plus que quelque chose de froid, calculateur, pragmatique parce qu'il faut gagner de l'argent. Nos métiers peuvent nous permettre d’avoir un vrai impact à condition que l'on s'autorise à rêver en grand. Arrêtons de penser qu'il faut inventer le monde de demain, il est déjà là. Jouons ensemble à rêver de ces 2030 Glorieuses, parce que c'est en les rêvant qu'on sera capables de les traduire en stratégie et de les définir comme cap pour agir au présent !

© 2030 Glorieuses

Quels type de métiers choisis-tu particulièrement de mettre en avant dans le podcast ?

J. V. : Chaque épisode est un porte d'entrée vers un métier particulier : on donne la parole à un rafraîchisseur de bâtiments, une AMAPienne, un manager de Fab lab… Ils et elles nous racontent pourquoi ils ont choisi ce métier, comment s'y former, à quoi ressemble leur quotidien, etc.

J'essaye de bien faire la distinction entre les métiers de la transition et les métiers des 2030 Glorieuses, qui ne sont pas forcément les mêmes. Dans les métiers de la transition, il y a plein de métiers qui seront amenés à disparaître en 2030. Ils ont leur importance, ils permettent de lutter contre les saccages du vivant actuel et de faire en sorte que l’on fasse le moins de mal possible. Ils sont nécessaires, mais temporairement seulement.

Je pense que notre objectif n'est pas de moins faire de mal, mais plutôt de recommencer à faire du bien. Contrairement aux métiers de la transition, les métiers des 2030 Glorieuses ne sont pas dans la décroissance de notre mode de vie actuel, mais plutôt dans les croissances des mondes d'après.

Quelle est la « question signature » du podcast ?

J. V. : Dans la deuxième partie du podcast, je demande toujours à la personne à qui je donne la parole de se projeter en 2030 Glorieuses et d’imaginer à quoi ressemblera la France à ce moment-là. Je lui demande de parler au présent et de raconter tout ce qu'il ou elle voit. Qu'est ce que ça change dans son quotidien ? Dans son rapport au temps, à l’argent, au vivant ? C’est la raison d’être du podcast. C’est un voyage à la fois poétique, politique, et aussi un peu philosophique parfois.

© 2030 Glorieuses

Pourquoi choisir un format podcast plutôt que vidéo ?

J. V. : C'est une bonne question. À vrai dire, je trouve que la vidéo laisse les gens qui la regardent dans une position de spectateurs·rices. Tout a déjà été prémâché. Bien sûr, une vidéo peut mettre en mouvement, donner envie d'agir, mais je ne trouve pas que ce soit le véhicule le plus mobilisateur, contrairement aux livres ou aux podcasts, où il y a un plus grand travail d'appropriation et de projection fait par celui qui le consulte. C'est à la personne d'y mettre ses couleurs, ses images, ses odeurs. Je trouve ces formats plus responsabilisants. Quand on veut stimuler l'imagination, c'est primordial !

C’est aussi important pour moi de toucher du doigt cette question de toujours vouloir aller vite, toujours vouloir avoir un contenu percutant, rapide, des vidéos de moins de 3 minutes… Avec un podcast, on peut prendre le temps de raconter, mais aussi de laisser la place aux silences. Bref, au-delà de ne pas emprisonner les gens devant un écran, le podcast permet de les faire voyager, pas seulement intellectuellement mais aussi émotionnellement.

C'est facile de voyager en 2030 Glorieuses ?

J. V. : À chaque fois que le podcast se termine et que je coupe le micro, les personnes que j'ai interviewé me disent : « C’est un exercice difficile, mais ça fait un bien fou et ça me redonne encore plus envie d'agir ». J’ai donc décidé de faire voyager plus de personnes en changeant d’échelle, ce que j’ai pu faire grâce au soutien de La Nef. Aujourd’hui, 2030 Glorieuses c'est donc un podcast, un livre mais aussi et surtout un atelier ! On a formé une centaine de guides animateurs.rices qui organisent des voyages en 2030 Glorieuses pour imaginer à quoi ressembleront les mondes de demain. Tout ça sous la forme d’un atelier de 2h30 pour se projeter individuellement et collectivement dans cette société désirable, et faire de nos rêves des stratégies.

© 2030 Glorieuses

Aller plus loin :

  • Le livre outil / kit pédagogique pour apprendre à animer son propre atelier sortira en librairie le 26 Septembre 2023 sous le nom Imagine demain (éditions Jouvence).
  • Et bien entendu nous vous invitons à (ré)écouter les épisodes du podcast sans modération !
Estelle Serrero
Estelle est rédactrice web freelance. Par sa plume, elle s'engage à rendre visible tout sujet lié à l'Eau, l'Énergie et l'Environnement.
Une sélection d'articles dans votre boite mail 📩
Une fois par mois, une petite pause de culture écologique dans votre boîte mail.

Vous devriez aussi aimer

1 2 3 7
Logo Carbo Bilan Carbone Entreprise
Version beta

Engagez vous dès aujourd'hui avec Carbo.

Votre allié pour maîtriser votre impact carbone
Accélérer la prise de conscience écologique pour réduire dès maintenant notre empreinte carbone.
Carbo ® tous droits réservés
Conçu en 🇪🇺 avec 1.57 tCO2e / an 🌱
Logo Impact 120
Logo Impact France
Logo Capterra Best Value 2023
Trustpilot Reviews
Logo Appvizer
Logo France Relance
Logo Qontrol
Logo Solar Impulse
Logo CDP Provider
Logo CSRD

 📢 [Webinar] ADEME X Carbo

"Comprendre les ordres de grandeur de l’impact carbone, un levier pour les entreprises". L'ADEME (Mon Impact CO2) et Carbo vous donne rendez-vous le mardi 23 avril 2024 - 12h00 (CET).


cross-circle linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram