La RSE, définition et explications. 

 ⏳ 
lecture 10 min
🪄 
màj en janvier 2023
Sommaire
Recevez nos dernières ressources pros par mail, gratuitement 👌

🖐 En bref !
La RSE ou Responsabilité Sociétale des Entreprises a une définition très simple pour que les entreprises intègrent des sujets sociaux et environnementaux à leurs activités. Elle est encadrée par la norme ISO 26000 et repose sur 7 piliers distincts !
Découvrez tout ce que vous devez savoir pour vous lancer dans la RSE avec Carbo!

Ces fameuses 3 petites lettres dont on entend tant parler mais dont on ne connait jamais la définition.

Mais concrètement, que se cache-t-il derrière ? Quels sont les engagements liés à cette démarche ? L’idée est simple. Il s’agit pour les entreprises d’intégrer les dimensions impact social et environnemental à leurs activités commerciales. En gros, ne pas se soucier simplement de leur business mais aussi des répercussions de celui-ci sur ce qui gravite autour. Oui, il s’agit de faire mieux. Penser les choses dans leur globalité. 

Et le concept de RSE et sa définition a évolué à taton avant de devenir un véritable phénomène de société. Dans cet article, on vous explique tout ce qu’il faut savoir sur le sujet (définition, cadre légal, avantages, étapes de mise en place, piliers, communication, etc…). Devenez incollable.

meme rse définiton

Définition de la RSE 

La définition de la commission européenne 

Commençons par les bases. 

Depuis l’apparition du concept il y a quelques dizaines d’années, les contours de cette vision et la définition ont largement évolué. La RSE a maintenant une définition officielle, validée par la Commission Européenne. 

Il s’agit de “l'intégration volontaire par les entreprises de préoccupations sociales et environnementales à leurs activités commerciales et leurs relations avec les parties prenantes.”

En d’autres mots ? Lorsque l’entreprise s’engage dans la RSE, elle veut avoir un impact positif sur la société. Plus concrètement, cela implique d’aligner les intérêts de ses activités commerciales avec les enjeux du développement durable. On parle aussi des ODD (Objectifs de Développement Durables). Ces derniers sont définis directement par l’ONU et reposent sur 17 leviers. 

ODD carbo
Les 17 Objectifs de Développement Durable

La norme ISO 26000

Voilà pour la définition du concept. 

Regardons maintenant la partie légale et les implications réelles. La RSE est encadrée par la norme ISO 26000. Celle-ci est le résultat d’un travail de plus de 5 ans, en collaboration avec 99 pays. C’est donc un cadre à l’échelle mondiale et avec une vision globale.

Cette norme analyse, décrit et décortique tous les impacts des entreprises, quels que soient leur taille et leur secteur d’activité. Pour chaque enjeu, elle liste des actions qui peuvent être mises en place afin de concrétiser les engagements. 

ISO logo

Voilà les 7 questions centrales sur lesquelles repose la RSE : 

  1. Gouvernance de l’organisation
  2. les droits de l’homme
  3. les relations et conditions de travail
  4. l’environnement
  5. la loyauté des pratiques
  6. les questions relatives aux consommateurs
  7. les communautés et le développement local.
Notice RSE définition
La Notice RSE de Carbo

💡 Bon à savoir : Ces 7 piliers de réflexion se déclinent ensuite en 34 domaines d’action. C’est un peu comme un guide IKEA de la mise en place de la RSE, une notice d’utilisation des choses à faire pour agir efficacement (la vis manquante en moins à la fin).

Livre blanc stratégie RSE

Lancez votre stratégie RSE:

Tout ce que vous devez savoir sur la Responsabilité Sociétale des Entreprises dans ce guide pédagogique

Les 4 principaux avantages de la RSE et de sa définition

Vous connaissez la définition, le concept et les grandes lignes de la RSE. 

Maintenant, une question phare : pourquoi engager sa société dans ce type de démarche ? Pourquoi ajouter la dimension sociale et l’impact environnemental dans les enjeux pris en compte ? Cela peut paraître évident dans la définition en elle-même, mais il y a quelques autres points que l’on voulait souligner. 4 éléments principaux à retenir : 

  • Rassurer les parties prenantes : L’idée est à la fois de dire ce en quoi on croit mais aussi et surtout d’agir en fonction. C’est une approche rassurante et professionnelle qui peut conforter de nombreuses parties prenantes dans le fait de travailler avec l’entreprise (investisseurs, fournisseurs, prestataires, etc…).  
investisseurs
  • Renforcer la marque employeur : On le sait, les candidats sont de plus en plus sensibles aux engagements de l’entreprise qu’ils vont rejoindre. Rejoindre un projet qui a du sens, qui est aligné avec leurs valeurs personnelles. Une démarche RSE claire et ambitieuse est une façon de poser de bonnes bases et de montrer à vos futures recrues l’avenir que vous allez construire ensemble.
travail
  • Engager les collaborateurs : On touche ici à la fierté d’appartenance, au sens, à la confiance. Les collaborateurs auront d’autant plus envie de vous aider dans votre démarche si vous les impliquez, leur expliquez votre vision, ce que vous allez mettre en place. Ils ne seront pas seulement spectateurs mais surtout acteurs de cette démarche.
groupe entreprise
  • Respecter la loi : Oui, tout simplement. Dans certains cas, la mise en place de la RSE est devenue une obligation légale. Se conformer à cette contrainte est donc une façon de rester en bon terme avec la loi, et d’éviter les éventuelles sanctions (amendes, etc…). 

Les 3 enjeux clés de la RSE

Il est temps de passer à l’action. Regardons les piliers de la RSE et les chantiers à lancer.

1. La dimension économique

Il s’agit en premier lieu de pérenniser l’activité de l’entreprise. Mais encore ? 👇

Vous l’aurez probablement deviné, une politique RSE, par définition, implique des engagements économiques (en termes de coûts mais aussi de temps humain). Dans de nombreux cas, c’est aussi une démarche qui implique de repenser certains pans de l’entreprise, ajuster le business model, corriger certaines activités. Cela implique donc une dimension économique essentielle. Plus que simplement bouleverser l’entreprise, elle vient soutenir celle-ci et l’aider à penser les choses de manière plus efficace sur le long terme (réaliser des économies, optimiser le fonctionnement, etc…). 

🖐 Ce qu’il faut retenir : La RSE permet une meilleure anticipation des risques, l’optimisation des activités, la réduction des coûts sur le moyen ou long terme. C’est un processus d’amélioration continue ou toutes les parties prenantes sont gagnantes 😉

2. Les enjeux liés à l’humain (aka les enjeux sociaux)

L’idée est de prendre soin de toutes les parties prenantes. Autrement dit ? 👇

C’est la dimension sociale. La démarche consiste alors à valoriser chaque personne liée à l’activité de l'entreprise et à encourager un dialogue positif et constructif. Cela passe par différents types d’action comme par exemple : 

  • Conditions de travail (bureau, horaires, contrats, etc…)
  • Mesures pour le bien-être et la motivation des collaborateurs (avantages en nature, prime mobilité douce, prime d’intéressement, CE, formations, etc…)
  • Politique managériale (suivi de l’avancée de chacun, évolution de carrière, reconnaissance du travail, charte d'égalité et de non-discrimination, etc…).  

🖐 Ce qu’il faut retenir : La RSE vise à favoriser l’épanouissement de chacun. Et de nombreuses études le prouvent, des équipes heureuses produisent un meilleur travail. 

3. La préservation de l’environnement

L’objectif est de sécuriser l’activité tout en préservant la planète. Et plus concrètement ? 👇

L’approche est ici d’élargir la vision. L’entreprise ne se concentre plus seulement sur ses activités, ses résultats, mais elle regarde également ce qui l’entoure. Oui, ses activités sont intimement liées à l’état du climat et de notre planète, alors autant en prendre soin. Pour cela, l’entreprise agit en 2 étapes : 

  1. L’entreprise identifie ses principaux impacts (émissions de gaz à effet de serre, consommation de ressources, production de déchets, pollutions...)
  2. L’entreprise définit et cadre un plan d’action pour réduire son impact et mesurer ses résultats au fur et à mesure. Ce plan est ajusté selon les avancées, afin d’aller toujours plus loin dans la démarche.

🖐 Ce qu’il faut retenir : La RSE a l’ambition de construire un futur ou l’entreprise avance en harmonie avec les éléments qui l’entourent. Mieux, elle connaît son écosystème et y contribue de manière positive. Un cercle vertueux en somme.

bateau

Quelle législation en France autour de la RSE ? 

La France a peu à peu mis en place un cadre législatif afin de réglementer efficacement la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) et éviter l’éventuel greenwashing.

Tout a commencé avec la loi PACTE le 22 mai 2019.

Voici quelques mesures phares :

  • Article 1833 du Code civil : Ce dernier a été corrigé pour que l'objet social de toutes les sociétés intègre la considération des enjeux sociaux et environnementaux. En d’autres mots ? Inciter chaque entreprise à intégrer légalement la dimension impact dans ses statuts.
  • Article 1835 du Code civil : Il a été ajusté de façon à reconnaître la possibilité aux sociétés qui le souhaitent de se doter d'une raison d'être dans leurs statuts. 
  • L’apparition du statut d’entreprise à mission : C’est le cran au-dessus. Ici, les objectifs de l’entreprise sont alignés et indexés sur la démarche RSE. Souvent, la rémunération des dirigeants est également dépendante des résultats de la RSE. Une façon d’intégrer concrètement la démarche à tous les échelons de l’entreprise. La validation de cette stratégie est validée par une certification.
babel

Devenez une entreprise à mission

Découvrez le témoignage de Babel qui a lancé sa politique RSE avec Carbo !

Quelles étapes pour mettre en place efficacement la RSE ? 

Il est temps de mettre les mains dans le cambouis. Voilà 5 étapes clés pour avancer sur la définition de la RSE en entreprise.

En amont:

  1. Désigner un responsable RSE : Pour mettre en place une stratégie efficace, il est important d’identifier un leader sur le sujet. Il s’agit d’une personne, qui peut être en interne mais aussi recruté spécialement pour le sujet, qui va piloter l’ensemble du projet et de la stratégie. Au besoin et selon la taille de l’entreprise, elle pourra recruter et/ou former une équipe dédiée afin de mener le projet de manière cohérente et efficace.
  1. Faire un diagnostic : C’est une étape essentielle pour démarrer sur de bonnes bases. L’idée est de faire un bilan à date de la situation de l’entreprise, son impact, repérer les axes d’amélioration, définir un plan d’action. 
analyse RSE définition
  1. Impliquer et sensibiliser les parties prenantes : Cela peut être aussi bien les salariés, les investisseurs, les fournisseurs ou les partenaires. Il s’agit pour l’équipe RSE d’impliquer chaque personne, dans une logique collaborative. Pour que cette stratégie fonctionne, il y a une étape d’explication, sensibilisation, afin que chaque partie prenante comprenne les tenants et aboutissants et surtout son impact potentiel. 

En aval:

  1. Assurer un suivi : C’est la partie chiffre. Une fois les actions définies et lancées, il convient de suivre et piloter les résultats. Cela permet ainsi de s’assurer que l’on aille dans la bonne direction et que l’on avance vers les objectifs définis. 
  1. Valoriser son action : Cette étape est souvent la plus délicate, celle qui se positionne rapidement à la frontière avec le greenwashing. Pour être efficace et pertinente, elle doit intervenir une fois les actions réellement engagées et les premiers résultats mesurés. Il s’agit de communiquer aux parties prenantes les résultats de la stratégie RSE (qu’ils soient positifs ou négatifs). Ces derniers peuvent prendre plusieurs formes : un rapport RSE (à la façon d’un bilan annuel), des infographies, une conférence, etc… Cela permet à chaque personne liée à l’activité de l’entreprise de voir les résultats de leurs actions au quotidien.

💡 Bon à savoir : La RSE est également un sujet largement utilisé afin de valoriser l’image et la marque employeur auprès du grand public. Campagnes médias, publicités à la télévision, affichage dans le métro, etc… C’est notamment le cas pour les grands groupes. 

Qui est concerné par la RSE et sa définition ?

Bonne question ! La réponse est simple : toute les entreprises. 

Pas de contrainte de taille. 

Ni de contrainte de forme juridique. 

Et pas de contrainte liée au secteur d'activité.

Oui, toute société peut engager une politique RSE. 

C’est d’ailleurs hautement recommandé, voire obligatoire. L’impact sera bien évidemment différent selon l’ampleur de la société et de ses moyens, mais ce qui compte c’est que chacun fasse sa part et engage une stratégie durable d’un point de vue social et environnemental. La fameuse histoire du colibris.

Explications:

  • Depuis la loi Pacte, toutes les entreprises françaises se doivent d’intégrer les enjeux environnementaux et sociaux dans la gestion de leurs activités. Il est possible de pousser la démarche en devenant ce que l’on appelle une société à mission. L’idée ? Définir une raison d'être avec des objectifs sociaux et environnementaux directement notés dans les statuts de l’entreprise. Cela permet ainsi de garder un cap efficace.
  • Les grands groupes et sociétés cotés en bourse ont quant à eux des obligations complémentaires de reporting, qui diffèrent selon les secteurs d’activité (reporting ESG aussi appelé Déclaration de performance extra-financière, stratégie de mesure de surveillance pour prévenir les risques dans l’ensemble des activités de l’entreprise, etc…).
  • Les PME et fournisseurs privilégiés des grands groupes sont directement impactés par ces évolutions. Les appels d’offre intègrent de plus en plus la dimension impact, et ces derniers doivent donc ainsi se plier aux nouvelles exigences.

💡 Bon à savoir : Ce qu’il faut retenir c’est que la responsabilité en matière d’impact social et environnemental s’exerce non seulement en interne mais aussi en externe. Elle doit ainsi mesurer son impact sur l’ensemble de sa sphère d’influence et sur l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement (de l’extraction des matières premières jusqu’à la fin de vie et la potentielle recyclabilité des produits qu’elle commercialise).

FAQ : Tout savoir sur la définition de la RSE

Comment définir la RSE ?

On parle de Responsabilité Sociétale des Entreprises. C’est une démarche, cadrée par la commission européenne et par la norme ISO 26000, qui consiste pour l’entreprise à intégrer les préoccupations sociales et environnementales à ses activités commerciales et dans ses relations avec ses différentes parties prenantes (investisseurs, salariés, fournisseurs, etc…).

Quels sont les 3 piliers du RSE ?

La RSE, par définition, repose sur 3 piliers : économique, social et environnemental. Chacun de ces axes se décline ensuite en de nombreux domaines d’actions, que l’entreprise va cadrer afin de mettre en place une stratégie claire et efficace sur le moyen et long terme.

Quels sont les 7 principes de la RSE ?

1- Responsabilité de rendre compte
2- Transparence
3- Comportement éthique
4- Respect des intérêts des parties prenantes
5- Respect du principe de laïcité
6- Respect des normes internationales de comportement
7- Respect des droits de l'Homme

Quel est le rôle de la RSE dans une entreprise ?

La RSE a un rôle essentiel : faire en sorte que la société intègre les préoccupations sociales et environnementales dans sa stratégie globale. Autrement dit ? C’est une incitation positive, ensuite incarnée à tous les échelons de l’entreprise. 

Diane Fastrez
Diane est freelance spécialisée en rédaction SEO pour les entreprises à impact. Elle a également créé Senja, une marque de tourisme engagé pour permettre aux citadins de se ressourcer à la campagne.
Engagez votre entreprise dans sa démarche RSE !
Découvrir Carbo
Carbo ebook

Vous devriez aussi aimer

Logo Carbo Bilan Carbone Entreprise
Version beta

Engagez vous dès aujourd'hui avec Carbo.

Votre allié pour maîtriser votre impact carbone
magnifiercross linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram