Impact carbone Confinement

Confinement et impact carbone : pistes pour après

Julien Janson | CTO @ Carbo

Quel est l’impact du confinement sur l'empreinte carbone des français et leur mode de vie ?


En période de confinement, nos habitudes sont chamboulées. Avec quel impact sur notre empreinte carbone ? Au-delà de la baisse temporaire, quels enseignements peut-on en tirer ?

Evolution de l'impact carbone moyen des particuliers avec le confinement

L’empreinte de consommation moyenne a baissé de 65%, passant de 469 à 161 kg de CO2 par mois. C’est à peu près le niveau à atteindre pour respecter les accords de Paris.

Evolution de l'impact carbone des particuliers avec le confinement

NB : nous avons réalisé cette estimation en analysant les dépenses de 500 utilisateurs depuis le début du confinement, en les comparant avec deux périodes i. janvier et février 2020 et ii. mars et avril 2019.

Au-delà de cette baisse évidente et temporaire, on peut étudier les changements de comportement qui ont entraîné cette chute massive de notre impact carbone. Cela permet de distinguer ce qui pourrait être un retour à l’ancien monde ou un futur moins carboné.


Impact carbone Confinement : cette baisse est-elle uniquement due à une baisse des dépenses ? 

Je dépense moins, donc je génère moins de CO2 ? Et bien ce n’est pas si simple !

C’est évidemment vrai en partie, mais ça ne suffit pas à expliquer l’ensemble de la baisse de notre impact carbone. En effet, les dépenses n’ont baissé “que” de 50%, quand les émissions générées chutent de 65%.

Carbo Bank Study

Cela fait sens : il y a des habitudes et des dépenses qui engendrent moins d’émissions de CO2. Par exemple, 1€ dépensé chez le boucher génère plus de CO2 que le même euro dépensé chez le maraîcher.

Au delà de moins dépenser, nous avons donc mieux dépensé d’un point de vue environnemental.


Impact Carbone Confinement : quels changements d’habitudes contribuent le plus à la baisse de notre empreinte ?

Carbo - Impact Carbone Confinement

Plus précisément, les postes de dépenses qui contribuent le plus à cette baisse sont les suivants :


🚗 Transports

Nous sommes confinés, les frontières sont fermées. Les possibilités de déplacements sont extrêmement restreintes, et ça se traduit mécaniquement par une baisse nette des émissions de dioxyde de carbone.

Carbo - Impact carbone Confinement Transports

Les déplacements aériens de passagers sont devenus quasi inexistants entrainant une baisse de 57 kg de CO2 par personne. Ce seul changement fait baisser de 12% notre impact carbone "habituel".

Les dépenses en carburant ont également été (quasiment) réduites à néant, entrainant une baisse de 41 kg de CO2 de nos émissions (-9%).

Les dépenses de déplacement en train ont également baissé massivement. Mais leur impact carbone est beaucoup plus faible que les 2 précédentes : pour une baisse de 90% des dépenses, la baisse des émissions de CO2 associées n’est que de 5 kg.


💈 Loisirs & Services

La période du confinement englobe l’intégralité des vacances scolaires de Pâques. Pour l’immense majorité des français ces vacances ont été annulées avec un mauvais impact sur le moral, mais un impact positif en termes d’émissions de gaz à effet de serre.

Carbo - Impact carbone Confinement Loisirs

Les émissions de CO2 mensuelles de nos dépenses de vacances (hôtels, locations à la semaine, stages , … etc) ont chuté de 40 kg de CO2.

Il est également intéressant de noter que l’arrêt presque total des activités sportives et sorties culturelles (-95% en dépense) amène une baisse très faible des émissions de CO2 : seulement -9 kg.

A l’inverse, nos dépenses pour nous divertir en ligne (principalement abonnement internet et VOD) ont augmenté significativement (+25%), mais la hausse des émissions de CO2 associées est négligeable (+1 kg).


🛍 Biens de consommation

Carbo - Impact carbone Confinement Biens

Les commerces non essentiels sont fermés, les achats de biens de consommations sont donc en chute libre. Les émissions liées aux achats de vêtements et chaussures ont baissé de 29 kg, d’articles de sport de 12 kg, de cadeaux et jeux de 11 kg et de matériel informatique ou électronique de 10 kg.

C’est anecdotique d’un point de vue carbone, moins d’un point de vue santé publique mais on pouvait s’y attendre : dans cette catégorie seules les dépenses en bureau de tabac et leurs émissions associées augmentent (+16%, soit +100 g de CO2).


🥑 Alimentation

Au global, la baisse des émissions liées à notre alimentation est plus faible que dans les autres catégories : nous devons toujours nous nourrir (presque) autant qu’avant le confinement, nous n’avons donc pas réduit notre alimentation contrairement à nos déplacements ou nos achats de biens.

Carbo - Impact carbone Confinement Alimentation

Mais cette baisse plus faible cache un changement majeur d’habitude. Les français ne vont plus au restaurant (-17 kg de CO2) et ne commandent presque plus de fast-food (-6 kg de CO2).

À la place, ils préparent des repas à la maison (+9 kg de CO2) qui émettent moins de carbone que des repas préparés à l’extérieur.


🏡 Logement

Déménagements et aménagements reportés, les dépenses en mobilier et décorations baissent et leurs émissions avec elles (-20 kg de CO2).

Les émissions liées à l’entretien des logements ont également baissé de 7 kg de C02.

Enfermé chez soi, on s’occupe en bricolant ou cultivant son jardin. Les dépenses en bricolage, extérieur et jardins ont été multipliées par 3, mais cela n’engendre qu’une augmentation limitée de nos émissions (+1 kg de CO2).


📚 Impact carbone Confinement : quelles leçons pour re-démarrer plus sobrement en carbone ?

Rien d’absolument nouveau, mais des intuitions confortées par des chiffres.

Cet épisode de confinement, bien que subi, a des conséquences proches de certaines recommandations communément émises pour limiter nos émissions de carbone, et le réchauffement climatique qui va avec.

On voit donc se dessiner plus concrètement l’impact de ces potentiels changements d’habitudes dans nos vies quotidiennes. Changements qui, je l’espère, seront volontaires pour la plupart !

Se responsabiliser et assumer sa part

Avant le confinement, mon impact carbone était d’environ 600 kg de CO2 par mois. Avec le confinement il est tombé à 150 kg.

Carbo - Graphe Impact carbone Confinement

Alors pour contribuer à un redémarrage moins carboné, et si je me fixais comme objectif de diminuer mon impact moyen à 400 kg jusqu’à la fin de l’année ?

Avec l’expérience du confinement j’ai déjà de bonnes pistes pour m’améliorer en partant moins loin et en train, et en cuisinant plus souvent chez moi. Pour rester motivé, je suis ma performance et défie mes amis avec Carbo 👋

Et vous, quelles sont vos bonnes résolutions pour la suite ?


Comment Carbo calcule les émissions de CO2 ?

Carbo - Reduce Devices

D’un côté, il y a les dépenses bancaires

Nous prenons en compte toutes les émissions de CO2 des dépenses que nous pouvons catégoriser. Chaque fois que tu utilises une carte bancaire, nous analysons le type de dépense (essence, hôtel, restaurant, … etc.) et nous calculons le volume de CO2 associé.

Plus précisément, nous utilisons pour chaque dépense un facteur d’émission monétaire déterminé à partir de données environnementales publiques, reconnues et robustes, principalement issues des travaux de l’ADEME, de l’Aland Index et de la Banque Mondiale.

Ce facteur, exprimé en C02 par Euro, permet d’estimer le contenu carbone d’un bien ou d’un service à l’aide de son prix. Il est généralement compris entre quelques dizaines à quelques milliers de gCO2/€.

De l’autre, les informations déclaratives fournies par les utilisateurs

Chaque facteur d’émission monétaire est enrichi à partir de différents paramètres

  • soit liés à la dépense (par exemple, l’appellation bio pour une épicerie)
  • soit personnels (“j’ai déclaré être végétarien”). Pour un produit ou une activité humaine, on comptabilise les émissions en tenant compte de l’énergie primaire et de l’énergie finale de ces services.

🔬 Le calcul Carbo est-il précis ?

Soyons clairs : les conventions de calcul sont multiples et il est très difficile de déterminer le contenu carbone exact de chaque produit ou service. Quand on fait ses courses dans un supermarché, la seule information du montant du panier total ne peut suffire à estimer précisément l’impact carbone, qui varie d’un produit à l’autre.

Notre objectif n’est pas d’aboutir à un calcul au gramme prêt de notre empreinte carbone mais de pouvoir en suivre facilement l’évolution pour orienter nos choix.

🌎 Donner au plus grand nombre le pouvoir de lutter contre le réchauffement climatique

Avec Carbo nous voulons concevoir des produits accessibles pour suivre, comparer, réduire et compenser facilement son empreinte carbone. Pour nous, une clé pour lutter plus efficacement contre le réchauffement climatique réside dans la synergie entre ces différentes actions.

  • Suivre et mesurer pour pouvoir comparer objectivement,
  • comparer pour trouver des solutions pour réduire et se motiver à passer à l’action (mon voisin fait mieux que moi),
  • suivre ce qu’on arrive à réduire pour se motiver à continuer, et motiver d’autres à passer à l’action,
  • pouvoir compenser ce qu’on n’arrive pas (encore) à réduire pour se responsabiliser pleinement et assumer sa part.

Vous voulez en savoir plus sur votre impact individuel ?

Inscrivez vous gratuitement sur Carbo pour mesurer, comparer, réduire et compenser votre impact carbone.

Vous voulez en savoir plus sur cette étude, ou apporter la technologie Carbo à vos utilisateurs ou clients ? Parlons-en !

Vous devriez aussi aimer

Carbo Business
Version beta
Engagez vous dès aujourd'hui avec Carbo.
Votre allié pour maîtriser votre impact carbone
arrow-left-circle linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram