Tout savoir sur l'eco score, l'impact environnemental des produits alimentaires

Louise Beliaeff
 ⏳ 
lecture 7 min
🪄 
màj en novembre 2022
Sommaire
Recevez nos dernières ressources pros par mail, gratuitement 👌

Et si, en faisant vos courses, vous contribuiez à sauver la planète ? Les produits alimentaires que vous choisissez ont un impact environnemental plus ou moins fort. Il est représenté par l’eco score, une note de A à E pour orienter le consommateur vers une alimentation plus durable. Fonctionnement, méthodologie, évolution… Carbo vous donne la recette de cet outil éco-responsable. 

Qu’est-ce que l’eco score ?

Définition de l’eco score

L’eco score est un indicateur représentant l’impact environnemental des produits alimentaires, de leur production jusqu’à leur arrivée dans les rayons du supermarché. Il classe les produits en cinq catégories de A (très faible impact) à E (impact fort sur l’environnement).

Quels sont les objectifs de l’eco score ?

L’eco score permet de connaître l’impact environnemental des produits que nous consommons et de les comparer. C’est un outil à la disposition de tous afin de guider nos choix alimentaires vers un mode de consommation plus durable, enjeu central pour s'engager dans la transition écologique

  • consommer moins de viande mais de meilleure qualité 
  • consommer plus de produits bio, des produits bénéficiant de labels de qualité
  • consommer en privilégiant des produits locaux, de saison, avec peu d’emballage néfaste à l’environnement
  • limiter les produits contenant des ingrédients à risque pour l’environnement et la biodiversité
eco score

En choisissant des produits à l’eco score bas, les consommateurs encouragent des pratiques agricoles plus vertueuses, qui limitent l’impact environnemental et préservent les ressources. Ainsi, ils aident à contenir le réchauffement climatique en dessous des 2°C et à préserver la biodiversité.

Le deuxième objectif principal de l’eco score est d’inciter les industriels à produire une alimentation plus durable. En clair : encourager les fabricants à améliorer leurs produits pour qu’ils obtiennent une meilleure note eco score.

Du C02 dans son assiette

Selon l’Ademe, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, environ un quart de l’empreinte carbone d’un Français, 24%, est lié à son alimentation.

Alimentation Durable

Un chiffre confirmé par le rapport du Giec : le secteur agricole est à l’origine de 21% à 37% des émissions de gaz à effet de serre.

Une grosse part des émissions de l’agriculture est due à la production de viande et des produits laitiers. De plus, la seconde principale source de GES est liée au transport des produits, soit par les transporteurs de marchandises, soit par les consommateurs. 

Finalement, selon le rapport « Planète vivante 2020 » de WWF, la production alimentaire représente 80% de la déforestation mondiale, 70% de l’utilisation d’eau douce et 70% de la perte de biodiversité terrestre. En outre, l’impact environnemental de notre alimentation est énorme. 

Comment est calculé l’eco score ?

Une méthodologie transparente

Le calcul de l’Eco score prend en compte l’ensemble des critères affectant l’impact environnemental d’un produit.

  • la culture et à l’élevage
  • le processus de transformation
  • le transport (distance et mode de transport)
  • la distribution
  • l’utilisation
  • les déchets et le recyclage 

Et qu’entend-on par « impact environnemental »? Selon l’Ademe, on parle d’impact environnemental pour qualifier les préjudices portés à l’environnement. Ces impacts affectent principalement la qualité de l’air, la qualité de l’eau, les ressources et la santé humaine. Ils sont une douzaine, listés ci-dessous : 

  • Émissions de gaz à effet de serre (CO2)
  • Destruction de la couche d'ozone
  • Émissions de particules fines
  • Oxydation photochimique
  • Acidification
  • Radioactivité
  • Épuisement des ressources en eau
  • Pollution de l'eau douce
  • Épuisement des ressources non renouvelables 
  • Eutrophisation (terrestre, eau douce & marine) (pollution de certains écosystèmes aquatiques)
  • Utilisation des terres
  • Toxicité humaine
  • Perte de biodiversité

🖐 Il n’existe aucun produit dont l’impact environnemental soit nul. Même les produits dits « verts », « écologiques » ou « bons pour l’environnement » ont des impacts négatifs sur l’environnement, principalement dus à leur processus de fabrication.

Les données utilisées

L’Eco score s’appuie sur les données publiques et gratuites Agribalyse, d’Analyse du Cycle de Vie des produits (ACV). Ces données, destinées aux professionnels de l’agriculture et de l’alimentation, sont produites par l’ADEME en collaboration avec des scientifiques du secteur. 

Cette base de données rassemble les informations de plus de 2500 produits alimentaires.

green computing et data center

Des ACV ont été réalisées pour chaque catégorie de produit dans le cadre du projet Agribalyse.

🖐 Le score ACV s'appuie uniquement sur le type de produit (biscuit au chocolat, pizza 4 fromages, sauce tomate, etc.) Il est donc identique pour tous les produits d'une même catégorie, sauf si l'utilisateur est en mesure de recalculer l'ensemble de la recette. 

Les indicateurs complémentaires : le fonctionnement des bonus / malus

Certaines données qualitatives complémentaires ne sont pas prises en compte par l’ACV. Il s’agit des données présentes sur l’étiquette des produits ou celles fournies par les fabricants. L’eco score les intègre grâce à un système de bonus/malus.

Ces indicateurs complémentaires permettent de comparer l’impact environnemental des produits au sein d’une même catégorie, par exemple : plusieurs yaourts nature.

Ces données supplémentaires, détaillées ci-après, permettent de pondérer le score de l’ACV avec un système de bonus et malus appliqué de -30 points à 25 points supplémentaires. On peut les classer en cinq catégories : 

1. Le système de production.

Cela englobe les enjeux liés à biodiversité, à l’impact des produits phytosanitaires sur les écosystèmes ou encore la présence de labels (13 labels pris en compte dont le label bio, Rainforest, Demeter etc.).
(bonus de 5 à 20 points)

2. L’approvisionnement local 

Il s’agit ici de déterminer l’origine précise des ingrédients pour un produit.
(bonus de 0 à 15 points)

3. La politique environnementale du pays 

(de -5 à 5 points bonus)

4. La recyclablité des emballages.

L'objectif est de valoriser la recyclabilité des emballages, et leur production à partir de matière première recyclée. À l'inverse, ce critère dévalorise les emballages issus de ressources non renouvelables et non recyclables.
(de 0 à -15 points de malus)

🖐 Seuls les produits conditionnés dans des emballages recyclables (ou biodégradables) sont éligibles à l'eco score A, indépendamment des autres critères.

5. Les espèces menacées

À ce jour, deux critères sont pris en compte :

  1. L’épuisement du stock de poissons, entraînant un risque de disparition de certaines espèces à cause de la surpêche.
  2. La déforestation massive liée à la culture de palmier à huile entraînant le risque de disparition de nombreuses espèces (primates, tigres, oiseaux)

(malus de - 10 points)

Voici donc le calcul final de l’impact environnemental :

Eco score = ACV + bonus - malus

Comment voir l’eco score sur les produits alimentaires ? 

Quand vous êtes au supermarché et que vous vous interrogez sur l’impact environnemental d’un paquet de céréales, il suffit de scanner le code-barres avec une des applications partenaires comme Open Food Facts, Yuka ou encore Scan Up. La note et la couleur s’affichent alors sur votre téléphone et vous pouvez faire un choix raisonné.

Open Food Facts a été créée en 2012.  Il s’agit d’une base de données collaborative, libre et ouverte des produits alimentaires du monde entier. 850.000 produits alimentaires sont référencés par l’application.

Perspectives et évolutions de l’eco score : vers un dispositif harmonisé ?

Les acteurs engagés

L’eco score est né d’une volonté citoyenne indépendante proposée conjointement par  un collectif d’une dizaine d’acteurs de l’alimentation.

Citoyens engagés avec Carbo
  • Yuka
  • l’application OpenFoodFacts
  • l’application Scan Up
  • Etiquettable
  • La Fourche
  • FoodChéri
  • Seazon
  • Marmiton
  • Frigo Magic
  • Eco2 initiative

L’initiative a vu le jour en janvier 2021. Leur objectif premier : mettre en place un outil simple pour réduire l’impact environnemental de l’alimentation.

D’autres acteurs ont apporté leur expertise technique et leur regard sur l’initiative. Il s’agit de l’Ademe, Quantis, Evea, WWF, ZeroWaste France, Citeo ou encore Veolia.

Enfin, des distributeurs ont depuis rejoint l’initiative : Carrefour, Lidl ou encore Intermarché.

Un an après son lancement, 400.000 produits et 100.000 recettes et plats cuisinés affichent un eco score.

Nutri score, eco score, Planet score… 

L’eco score suit le modèle du Nutri score, une note de A à E et différentes couleurs pour indiquer les qualités nutritionnelles des produits alimentaires aux consommateurs.

Le Nutri score a été mis en place en 2017 en France dans le cadre de la loi Santé du 16 janvier 2016. Il s’applique aujourd’hui dans sept pays. 500 entreprises agroalimentaires étaient déjà entrées dans le Nutri score en septembre 2020. 

L’eco score va-t-il suivre le même déploiement ?
Depuis, un autre indicateur a été lancé : Planet score. L’objectif est le même : renseigner le consommateur sur l’impact environnemental des aliments. Ce dernier restitue la note globale de la même façon que l’eco score. du A au E.

Cette méthode s’appuie tout comme l’eco score sur la base de données de l’Ademe, Agribalyse. Mais contrairement à l’eco score, qui complète les données d’Agribalyse par un système de bonus/malus, Planet-score lui va recalculer la note sur 100. 

Quand l’eco score restitue la note globale avec un logo facile à comprendre, Planet-score apporte des précisions. En dessous de la note, est détaillée l’évaluation du produit dans plusieurs sous-catégories : biodiversité, pesticides et climat. 

Le Planet score est affiché sur plus de 3.000 produits alimentaires, sur des sites de E-commerce de distributeurs comme Biocoop ou encore Naturalia. Auchan s’est également rallié à l’expérimentation.

Vers un label global

C’était l’une des 146 propositions de la Convention citoyenne pour le climat : un score carbone affiché sur les produits de consommation et les services. La loi « Climat et Résilience », issue de cette convention, a été promulguée le 24 août 2021.

Tout comme la loi  « Anti-gaspillage pour une économie circulaire » (AGEC), elle vise à transformer nos modes de vie afin de tendre vers un modèle de société plus durable.

L’eco score, comme Planetscore, sont des initiatives qui entrent dans le cadre de cette loi. Le texte prévoit de rendre obligatoire l’affichage environnemental avant la fin 2022. 

Cette expérimentation pilotée par l’Admet vise donc à aboutir à un seul dispositif harmonisé d’affichage environnemental retenu par l’Etat. La méthode est attendue pour fin 2022, avec un déploiement espéré pour début 2023.

Pour aller plus loin, vous pouvez calculer votre empreinte carbone avec Carbo ! Outil simple, pédagogique et gratuit, vous pouvez identifier vos postes les plus carbonés parmi l'alimentation, le logement, le transport, les loisirs et services, les biens. 

Louise Beliaeff
Louise est rédactrice Web à Carbo. Journaliste passionnée par l’environnement, elle aime mettre en lumière des initiatives bonnes pour la planète et ses habitants. La mission qu’elle s’est donnée : sensibiliser le plus grand nombre à ces questions.
Dévouvrez l'impact environnemental de vos produits avec Carbo
Contacter un expert
Carbo ebook

Vous devriez aussi aimer

Logo Carbo Bilan Carbone Entreprise
Version beta

Engagez vous dès aujourd'hui avec Carbo.

Votre allié pour maîtriser votre impact carbone
magnifiercross linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram