Concert-BD « Algues vertes » : entre riffs et politique

 ⏳ 
lecture 5 min
🪄 
màj en mars 2024
Le groupe brestois Mnemotechnic, accompagné par Poing, a adapté en concert la bande-dessinée Algues vertes

Le groupe brestois Mnemotechnic, accompagné par le musicien et compositeur Poing, a adapté en concert la BD-enquête Algues vertes : l'histoire interdite d'Inès Léraud et Pierre Van Hove. Une soirée de rock abrasif pour traduire en musique la colère contre les responsables du carnage environnemental raconté par la journaliste et l'illustrateur.

C'est une « histoire interdite » que beaucoup ne veulent plus voir enterrée. Celle des algues vertes, qui s'accumulent le long du littoral breton et se forment sous l'effet de l'épandage excessif d'engrais par l’agriculture. La bande-dessinée Algues vertes : l'histoire interdite (Éditions Delcourt), écrite par la journaliste Inès Léraud et illustrée par Pierre Van Hove, est d'ailleurs un succès de librairie depuis sa parution en 2019, avec plus de 100 000 exemplaires écoulés. 

Ce récit, beaucoup veulent le lire donc, mais aussi le voir – une adaptation sortira au cinéma en juin prochain –… et même écouter, ce qui est désormais possible grâce à une adaptation d'un autre type : un concert-BD sur le sujet, créé par le groupe brestois Mnemotechnic. Une performance mise au point l'année dernière, actuellement en tournée. Elle était programmée à Nantes début mars. Ces prochains mois, elle passera par Toulouse, Angers, Grenoble

Extrait de la BD Algues Vertes - Delcourt
Extrait de la BD Algues Vertes - Delcourt

Ressentiment et colère

Adapter une BD au cinéma, on connaît. Mais adapter une BD en concert constitue un challenge d'une autre nature. Sur scène, quatre musiciens. Le trio de Mnemotechnic est accompagné par François Joncour et son synthétiseur modulaire, qui constituent le projet Poing, implanté à Landerneau. Au-dessus d'eux, un grand écran fait défiler des images choisies des Algues vertes. Les dessins et bulles s'ajoutent parfois les uns après les autres pour ménager une progression narrative. Une queue leu-leu de cochons s'agrandit, montrant un système qui a perdu la tête. Les têtes dessinées de maires, de préfets, de présidents de chambres d'agriculture, de magistrats ou de ministres défilent, désignant la longue liste de personnes qui ont cherché à minimiser le problème.

Sans tout montrer, ni se montrer fidèle – loin du ciné-concert –, le spectacle propose une vraie réinterprétation qui cherche surtout à faire passer de l'émotion. Le rock fiévreux de Mnémotechnique, ses nappes noise, et les embardées électro plus planantes de Poing, créent le trouble, tentent de déchirer l'omerta autour des algues vertes. Les longues plages musicales ourdissent le ressentiment, la colère. 

Des extraits du Journal breton d'Inès Léraud, journal de bord de son enquête initialement enregistré par France Culture, sont également diffusés. On y entend des interviews poignantes d'agriculteurs assommés par le système productiviste qui conduit au phénomène des algues vertes, les menaces subies par des acteurs locaux qui dominent le secteur agricole. Mnémotechnic reprend aussi des extraits de la BD pour en faire de véritables chansons, qui restent nimbées de longs riffs et saccades rythmiques. L'une s'interroge en boucle sur la pseudo « mort naturelle » – motif retenu par la justice – du chauffeur d'un camion qui venait de ramasser des algues vertes sur la plage. 

Un propos politique assumé 

S'emparer de cette histoire avait le goût de l'évidence pour Arnaud Kermarrec-Tortorici, chanteur, guitariste et compositeur du groupe, graphiste par ailleurs à la ville, d'où une proximité avec le langage de la bande-dessinée. Le contexte post-Covid a accéléré la mue du groupe vers ce type d'initiative. « Après le Covid et le confinement, la réouverture des salles était ultra lente et pas du tout adaptée aux réseaux alternatifs où on avait l'habitude de jouer, qui se retrouvaient toujours bouclés, revient-il. On a donc eu l'envie de trouver une nouvelle forme qui puisse être plus tout terrain. Puis, surtout, de sortir du divertissement et des concerts purs, d'élargir notre pratique artistique en allant vers plus d'engagement, d'assumer de politiser notre propos. »

L'engagement n'est pas une première pour le groupe. Dans son dernier album, Blinkers (2019, À tant rêver du roi Records), Mnemotechnic affronte par exemple la question de l'effondrement du monde. Mais la manière de le faire était moins frontale, car chantée en anglais. Moins revendiquée, aussi. Mais ces dernières années, le chanteur a été très préoccupé par la question écologique. Il s'est beaucoup renseigné, a beaucoup lu sur le sujet et « consulté des conférences de tous bords » pour mieux comprendre la source du problème. « Elle est tellement évidente en fait, s'élance-t-il. C'est le système capitaliste et extractiviste détenu par une minorité bourgeoise, qui se transmet le pouvoir de famille en copains. C'est un vrai scandale, on vit là-dedans et on ne se rend pas compte que c'est autant massif et verrouillé, au point où on nous dit qu'il n'y a pas d'alternative. » 

L'art comme contre-pouvoir

Cette prise de conscience a tout dominé. C'est devenu « incontournable d'en parler ». « Je me rends compte qu'il y a très peu d'artistes qui s'expriment politiquement. C'est une grave erreur, je pense, parce que l'art est un vecteur tellement puissant. C'est nécessaire aussi d'avoir une vraie radicalité dans les propos, pour contrer les bourgeois au pouvoir, ça ne marchera pas si on répond de manière timorée sans froisser personne. » 

La BD d'Inès Léraud était donc toute adaptée pour embrasser plus frontalement ce rôle de contre-pouvoir, d'autant plus qu'elle porte sur la Bretagne, territoire du groupe. « Quand on parle de la crise écologique, on pense souvent à l'image de l'ours polaire sur sa banquise qui fond, alors qu'en Bretagne, elle est sous nos pieds, avec nos sols et nos cours d'eau pollués. Puis à partir d'un fait divers qui parle d'écologie, de pollution et de contamination, la BD retrace le fil jusqu'aux champs et à la manière de les travailler, jusqu'au monde politique qui a fait le choix d'une agriculture intensive et de ne proposer aucune alternative. »

Extrait de la BD Algues Vertes - Delcourt
Extrait de la BD Algues Vertes - Delcourt

En plus du concert-BD, Mnemotechnic met un point d'honneur à organiser des débats à l'issue de son concert. À Nantes, il s'agissait d'une conversation autour des lanceurs·ses d'alerte. D'habitude, le groupe propose plutôt une « conférence gesticulée » (entre théâtre et partage de récits de vie et de savoirs) autour de la sécurité sociale alimentaire. « On avait envie d'ouvrir la parole après un concert qui dresse un constat très lourd, très sombre. On souhaitait mettre en avant cette proposition positive, pour dépasser la constante des mouvements progressistes de gauche à dire non, en oubliant de proposer les utopies qui nous intéressent », décrit Arnaud Kermarrec-Tortorici. L'occasion « d'appuyer encore plus notre envie d'amener du politique dans les salles de concert ». Par-delà les riffs, la réflexion politique.

Photo à la Une : extrait de la captation du Concert-BD

Mathilde Doiezie
Mathilde est journaliste. L'écologie, c'est son dada, pour changer positivement la face du monde. La culture, elle en est gaga, pour affronter tout ça avec entrain.
Une sélection d'articles dans votre boite mail 📩
Une fois par mois, une petite pause de culture écologique dans votre boîte mail.

Vous devriez aussi aimer

1 2 3 7
Logo Carbo Bilan Carbone Entreprise
Version beta

Engagez vous dès aujourd'hui avec Carbo.

Votre allié pour maîtriser votre impact carbone
Accélérer la prise de conscience écologique pour réduire dès maintenant notre empreinte carbone.
Carbo ® tous droits réservés
Conçu en 🇪🇺 avec 1.57 tCO2e / an 🌱
Logo Impact 120
Logo Impact France
Logo Capterra Best Value 2023
Trustpilot Reviews
Logo Appvizer
Logo France Relance
Logo Qontrol
Logo Solar Impulse
Logo CDP Provider
Logo CSRD

 📢 [Webinar] ADEME X Carbo

"Comprendre les ordres de grandeur de l’impact carbone, un levier pour les entreprises". L'ADEME (Mon Impact CO2) et Carbo vous donne rendez-vous le mardi 23 avril 2024 - 12h00 (CET).


cross-circle linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram