7 min

Quel bilan carbone pour le secteur du bâtiment ?

Emmanuel Watrinet
Sommaire

À l’échelle mondiale, la construction semble être l'un des principaux responsables des émissions de gaz à effet de serre. Tous les trois ans, le secteur émet autant de CO2 que l’ensemble des autres activités sur la planète en une seule année 😳. Les activités liées au BTP restent pourtant indispensables à notre quotidien. Voici donc de quoi en savoir (un peu) plus sur le bilan carbone du secteur du bâtiment.

Comment estime t-on aujourd’hui le bilan carbone du secteur du bâtiment ?

Fabrication ET consommation

En bref, l'empreinte carbone d'un bâtiment peut être définie comme la somme de tous les gaz à effet de serre émis pendant toutes les phases de cycle de vie. Le dioxyde de carbone (CO2) oui, mais aussi d'autres GES comme le méthane ou les hydrofluorocarbures. Il est essentiel de comptabiliser deux volets : 

  • les émissions liées à la production des matériaux de construction, tels que le ciment ou le béton armé ;
  • les émissions liées aux consommations (d’énergie) sur le site.

Trois approches principales

L'ADEME indique que trois approches peuvent être utilisées pour évaluer les émissions de gaz à effet de serre (GES) liées à la construction de bâtiments :

  1. Une approche globale, en analysant la consommation d'énergie ;
  2. Une approche géographique, c’est-à-dire l’analyse des surfaces du bâti (et donc en utilisant des facteurs moyens) ;
  3. Une analyse plus détaillée des quantités de matériaux utilisés.
Bilan Carbone Bâtiment

Chiffres clés du bilan carbone du bâtiment

Le BTP, un poids lourd de notre empreinte carbone ?

L'empreinte carbone du secteur de la construction est significative pour de nombreuses raisons : production des matériaux, transport des produits, consommation de carburant sur les chantiers, pratiques de recyclage, etc. Et, de fait, les entreprises du domaine n’échappent pas à la règle ! 

En France, l’empreinte carbone d’un français est actuellement estimée à 11.2 tCO2e/an. Le secteur du bâtiment serait responsable d'un peu moins de 3 tonnes, soit 25% de notre impact ! 

Part du bâtiment dans le bilan carbone d'un français
Répartition de l'empreinte carbone moyenne d'un français - source BBCA

Bilan carbone du secteur résidentiel

Les émissions de CO2 du résidentiel-tertiaire dépendent beaucoup des conditions climatiques. Pour faire simple, elles baissent quand les températures sont douces et augmentent lorsque le climat devient plus rigoureux. À titre d’exemple, ces émissions en France ont baissé de 20 % dans le résidentiel (et de 6 % dans le tertiaire) entre les années 1990 et 2017.

Bilan Carbone Bâtiment et Répartition
Répartition des émissions du résidentiel
par combustible, en France, en 2017 (données Datalab)

Et à l’échelle d’un chantier ?

Plus particulièrement, l'empreinte carbone du secteur de la construction est estimée entre 850 et 1000 kg de CO2e par m², en fonction de la qualité du chantier. Ce chiffre varie selon qu'il s'agit d'une construction neuve (plus d'émissions) ou d'une réhabilitation (moins d'émissions). 

Une dépendance encore forte aux énergies fossiles

L'empreinte carbone d'un chantier de construction reflète encore (trop) souvent la dépendance du projet aux énergies fossiles. Dans une logique de construction durable (qui reste aujourd’hui coûteuse), un grand nombre d'acteurs est généralement impliqué dès la phase préparatoire.

« En 2019, la construction d'un nouveau bâtiment était responsable d'environ 60% de l'empreinte carbone du secteur. »

On peut citer les entreprises responsables des fondations, des systèmes d'assainissement, des murs, des toitures extérieure et intérieure, des éléments de la charpente (portes ou fenêtres), ou encore le second œuvre (ex : menuiserie extérieure en bois). 

🖐On considère aujourd’hui que ces entreprises sont responsables d'environ 600 à 800 kilogrammes de CO2e pour chaque euro dépensé (ce qu’on appelle un facteur d’émissions monétaire). 

Empreinte carbone des matériaux de construction

L’énergie grise d’un matériau

Le secteur de la construction est très gourmand en ce qui concerne « l'énergie grise ». On parle ici de la quantité d'énergie utilisée pour fabriquer un matériau. Celle-ci est considérée comme une énergie « cachée » ou indirecte, par opposition à l'énergie liée à l'utilisation du bâtiment (que vous pouvez généralement évaluer facilement à partir de vos factures d’électricité ou de gaz). 

🖐L'énergie grise se mesure en kWh, MJ, ou en litres de fuel. Par exemple : 1 litre de diesel = 10 MJ et 100 kWh = 1200 gCO2e. Pus un matériau est riche en énergie grise, plus il contribue à l'épuisement des ressources énergétiques et à la pollution atmosphérique.

L'énergie grise liée à un chantier de construction

Sur un chantier, la prise en compte de l’énergie grise se termine lorsqu'un matériau est recyclé. Cela inclut toutes les étapes intermédiaires : production, extraction, transformation, fabrication, transport et mise en œuvre.

Bilan Carbone dans le bâtiment

Bilan carbone d'un bâtiment : de la difficulté de réaliser un calcul précis

Réaliser le bilan carbone d’un site ou d’un matériau de construction n'est pas une mince affaire, car on ne peut décemment se réduire à la production d’un matériau ou à la consommation d’un carburant sur le chantier.

À chaque étape du cycle de vie, il faut identifier quel type d'énergie est utilisé, quelle est la quantité d'émissions de CO2 associée et...dans quelle mesure elle varie d'une source à l'autre. 

🖐Selon Ecoconso, la partie « grise » de l'énergie consommée par un bâtiment peut représenter 50% sur 40 ans.

Bilan carbone des principaux matériaux de construction

Connaître l’impact carbone des matériaux de construction permet de faire des choix plus judicieux et plus respectueux de l'environnement. Gardons en tête que, globalement, 3 matériaux de construction sortent du lot par leur utilisation intensive : le ciment, le béton armé et l'aluminium. Regardons donc de plus près les émissions de GES liées à ce type de matériaux.

L'empreinte carbone du béton

Un matériau comme le béton est très utilisé pour les bâtiments, car il résiste bien à la compression et à la traction. La teneur en ciment du béton armé est une considération importante lorsqu'il s'agit de mesurer son empreinte carbone. D'après InfoCiments, les estimations varient entre 285 et 400 kgCO2e par .

Qu'en est-il de l'empreinte carbone du ciment ? 

L'industrie française du ciment produit à elle seule 2,9% des émissions de dioxyde de carbone du pays, et 6% à l'échelle mondiale. « Pour une tonne de ciment, 656 kilos de CO2 sont émis », indique Fabrice Copin, directeur adjoint de l'Association technique de l'industrie des liants hydrauliques (ATILH).

L'impact carbone d’autres matériaux clefs

FAMILLETYPEVALEUR (kWh/m³)
MÉTAUXAluminium190 000
Zinc180 000
Cuivre140 000
Acier60 000
MURS PORTEURSBéton500
Béton poreux (cellulaire)200
Brique de terre cuite pleine1200
Brique de terre cuite perforée 700
Brique de ciment 700
Brique de parement silico-calcaire500
ISOLATIONS THERMIQUESCellulose de bois50
Fibre de chanvre40
Fibre de lin 30
CANALISATIONSTuyau en PVC 27 000
Tuyau en fibrociment4 000
Tuyau en grès3 200
ENDUITSEnduit synthétique3 300
Enduit de ciment1100
Enduit de plâtre750
Enduit de chaux 450
Enduit d'argile ou de terre crue 30

🖐D’une part, ces informations sont tirées de bases de données qui effectuent des analyses du cycle de vie des produits. D’autre part, ces chiffres peuvent largement varier d'un pays à l'autre, notamment en fonction des technologies utilisées pour la production et du lieu de fabrication de ces matériaux.

Bilan carbone d'un bâtiment : quelles émissions considérer ?

Qu’on se le dise : aujourd’hui, près de 70% des bâtiments représentent 26% des émissions totales de GES, selon l'ADEME. Et en 2019, la construction d'un nouveau bâtiment était responsable d'environ 60% de l'empreinte carbone du secteur.

Pour calculer l'empreinte carbone d'un bâtiment, rappelons qu’il est nécessaire de distinguer deux types d’émissions : les émissions directes et indirectes de CO2.

Bilan Carbone et ouvrier dans le bâtiment

Émissions directes

Il y a tout d’abord les émissions directes provenant des installations fixes ou mobiles situées à l’intérieur du périmètre organisationnel. Les bâtiments (tertiaire et résidentiel) représentent 45% de la consommation nationale d'énergie, ce qui en fait le premier consommateur d'énergie du pays. Le secteur tertiaire et le secteur résidentiel se partagent 50% du gâteau.

Émissions indirectes

Ce sont d’une part, les émissions indirectes associées à la production d’électricité, de chaleur ou de vapeur liées au bâtiment (communément intégré dans le périmètre « scope 2 ») ; d’autre part, toutes les autres émissions indirectes du bâtiment (ou « scope 3 »). 

Ces émissions indirectes sont de l'ordre de 30 mégatonnes de CO2e et représentent un peu plus de 7 % des émissions nationales.

Vers plus de sobriété énergétique dans le bâtiment ?

Afin de contribuer à viser l’objectif de neutralité carbone d'ici 2050, la France doit activer certains leviers indispensables, tels que la rénovation des bâtiments et une meilleure performance énergétique. Le secteur du logement a encore pas mal de chemin à faire. Même si on voit fleurir un nombre croissant de solutions innovantes en la matière, qui font appel à des ressources et des matériaux écologiques pour leur construction - on pense notamment aux tiny houses ou « petites maisons » en bois, mais aussi aux « maisons-conteneurs » où toutes les surfaces, de la tête aux pieds, sont constituées de verre !

La Réglementation Environnementale 2020

La RE2020 est le nouveau projet du gouvernement pour cadrer la construction des bâtiments neufs. Elle remplace l'actuelle RT2012. Son principal but ? La réduction du bilan carbone de nos bâtiments, et l’amélioration de leurs performances thermique et énergétique. Plus précisément, elle comprend 3 grands objectifs :

  1. Des bâtiments qui consomment moins et utilisent des énergies moins carbonées,
  2. Ménager une transition progressive vers des constructions bas carbone, misant sur la diversité des modes constructifs et la mixité des matériaux
  3. Des bâtiments plus agréables en cas de forte chaleur.

Le label Chantier Zéro Carbone

Pour mieux soutenir les chantiers ayant des objectifs ambitieux de réduction des émissions de CO2, et matérialiser leur engagement en faveur du développement durable, l'association RQE délivre un label « Chantier Zéro Carbone », qui vise à garantir :

  • la mise en place d’une politique environnementale impliquant tous les acteurs du chantier, et intégrant une réflexion sur le choix des produits, le mode de fonctionnement ou encore la gestion des déchets ;
  • l’utilisation d’outils pour minimiser l’impact environnemental en général et en particulier l’empreinte carbone de la réalisation du chantier.
  • un objectif de neutralité carbone pour ce chantier.

Réduire le bilan carbone du bâtiment, une nécessité

Economiser nos ressources énergétiques est devenu vitale dans la lutte contre le réchauffement climatique. C’est un fait, le secteur du BTP - les bâtiments résidentiels et les installations industrielles en première ligne - reste aujourd’hui l'un des principaux émetteurs de gaz à effet de serre en France. La construction doit donc suivre le mouvement et intégrer systématiquement l’exercice du bilan carbone, pour mieux piloter ses émissions et améliorer progressivement sa performance environnementale. 

Emmanuel Watrinet
Emmanuel est cofondateur & CMO chez Carbo. Ingénieur de formation, il a travaillé plusieurs années dans le domaine de l'énergie. Il accompagne aujourd'hui tous les citoyens et entreprises qui veulent s'engager dans la transition bas carbone.
Maîtriser son bilan carbone devient un jeu d'enfant avec Carbo.
Découvrir Carbo
Carbo ebook

Vous devriez aussi aimer

Logo Carbo Bilan Carbone Entreprise
Version beta

Engagez vous dès aujourd'hui avec Carbo.

Votre allié pour maîtriser votre impact carbone
cross linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram