9 min

Green IT : comprendre l’informatique durable de A à Z

Ilona Ragobert
Sommaire

Entreprises et particuliers, nous utilisons tous les jours notre ordinateur, notre smartphone, etc. Mais cette utilisation et sur-consommation du numérique engendre des effets plus que néfastes sur l'environnement. Face à cela, une solution : l’informatique durable ou Green IT. Mais en quoi cela consiste concrètement ? C’est ce que l’on vous explique dans cet article.

Le Green IT expliqué en 40 secondes.

Green IT : qu’est-ce que le numérique responsable ?

Définition du Green IT

Green IT, informatique durable, numérique éco responsable, éco TIC, tous ces termes ont plus ou moins la même signification. On peut ainsi définir cette notion comme :

« une démarche d’amélioration continue qui vise à réduire les impacts sur l’environnement, sociaux et économiques du numérique ».

En gros le numérique responsable désigne l’ensemble des pratiques ayant un impact réduit sur l’environnement. Que ce soit dans notre société ou en entreprises, ces technologies de l’information et de la communication (TIC) permettent d’atteindre des objectifs du développement durable.

🖐 Pour parler du Green IT en général, on privilégie le terme de numérique responsable au numérique durable pour inclure également les notions de performance sociale et économique. En effet, aujourd’hui le terme « durable » a plutôt une connotation environnementale dans l’esprit du grand public en France.

Les 3 périmètres du Green IT

Le Green IT s’organise autour de 3 périmètres : le Green IT 1.0, le Green IT 1.5 et le Green IT 2.0. Il n’est pas ici question d’évolution mais de 3 démarches de développement durable bien distinctes. Les acteurs, le pouvoir de décision et le budget diffèrent en fonction du périmètre.

Green IT et équipements numériques

Le Green IT 1.0

« Démarche d’amélioration continue qui vise à réduire l’empreinte écologique, économique et sociale des technologies de l’information et de la communication. »

Ce périmètre de l’informatique responsable signifie que l’on prend en compte la performance environnementale et sociale d’un produit ou d’un service numérique dès sa conception. On parle ici de conception numérique responsable (CNR) ou d’éco-conception. Pour information, la CNR est généralement portée par le/la responsable du projet/produit/service.

Le Green IT 1.5

« Démarche d’amélioration continue qui vise à réduire l’empreinte écologique, économique et sociale de l’organisation physique de l’entreprise. »

Cette méthode se base sur la conception d’un Système d’Information Développement Durable (SIDD). L’entreprise déploie des outils numériques au service du développement durable et d’une politique environnementale interne. Toutes ces démarches doivent suivre la stratégie RSE de l’organisation (pilotage et reporting RSE).

Le Green IT 2.0

« Démarche d’amélioration continue qui vise à réduire l’empreinte économique, écologique et sociale d’un produit ou d’un service, grâce au numérique. »

Il s’agit de réduire les impacts « métier » grâce aux technologies de l’information et de la communication. Le développement des TIC nous permet d’aller au-delà de l’optimisation pour atteindre un changement de modèle économique et/ou comportemental. On parle alors d’éco-innovation de rupture.


On différencie ainsi le Green for IT et l’IT for Green. Le premier correspond au périmètre 1.0 et concerne les process, logiciels, matériels qui permettent de réduire l’effet de l’informatique sur l’environnement. Les entreprises peuvent ainsi entreprendre une démarche éco-responsable et adopter l’éco-conception, faire des économies d’énergie, gérer leurs déchets, etc.

Green IT : recycler ses déchets

Au contraire, l’IT for Green a pour but d’utiliser les TIC pour réduire l’empreinte environnementale. Vous l’aurez compris, cela correspond au périmètre 2.0. Cette démarche permet d’aller plus loin, de transformer le fonctionnement de la société et c’est de cette manière que l’on pourra diminuer drastiquement nos émissions de gaz à effet de serre (GES) à l’horizon 2050.

Green IT 1.0Green IT 1.5Le Green IT 2.0
Green (for) IT/IT for Green
Réduire la pollution du secteur des TICRéduire la pollution de l’organisation physique de l’entrepriseUtiliser les TIC pour réduire la pollution

L’IT for Good et le Fair IT

En plus des 3 périmètres d’informatique responsable s'ajoutent des démarches sociales, pilier du développement durable, comme l’IT for Good et le Fair IT.

L’IT for Good signifie littéralement « le numérique pour faire le bien ». Autrement dit, on utilise les TIC au service de causes humaines. Si cette notion est très souvent appliquée via de nombreux projets, le terme d’IT for Good est cependant peu utilisé.

Le Fair IT désigne « le numérique équitable ». Le mot d’ordre de ce concept : l’éthique. On s’intéresse aux conditions de travail dans l’industrie de l’informatique et aux respects des droits de l’homme. Par exemple, il y a un peu moins de 10 ans, Apple mettait fin à sa collaboration avec une société chinoise qui employait des enfants dans ses usines. 

Pourquoi le Green IT ?

Un impact qui croît rapidement avec les usages

Le numérique représente 4% des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. Et ce chiffre pourrait doubler d’ici à 2025. En France, le secteur de l’informatique représente 2% des émissions et risque d’atteindre les 7% d’ici 2040. Il existe notamment 3 sources principales de pollution dans l’industrie du numérique :

  • Nos équipements (47%)
  • Les infrastructures réseau (28%)
  • Les data centers (25%)

🖐 La consommation énergétique de ces 3 sources de pollution augmente de 9% par an. 

Pour visualiser encore mieux ces conséquences sur l’environnement, voici quelques chiffres sur l’informatique qui devraient vous donner chaud dans le dos 🙃 :

  • Le chemin parcouru par un smartphone de l’extraction des matières premières à sa distribution représente 4 tours du monde ;
  • En France, chaque année, 170 000 tonnes d’équipements électriques et électroniques sont mis sur le marché soit 17 tours Eiffel ;
  • 88 % des citoyens changent leur téléphone alors qu’il fonctionne encore, en France.
Green IT téléphone

Un objectif : la sobriété numérique

La sobriété numérique désigne non pas une succession de petits gestes (comme moins regarder de vidéos) mais un changement des usages au global.

🖐 En France, on doit notamment ce concept à Fréderic Bordage, référence dans le domaine depuis une dizaine d'années et fondateur de GreenIT et du Shift Project.

Mais pour atteindre cet objectif, 3 actions s’imposent : vérifier l’impact énergétique, l’impact et MO-DI-FIER les usages. Car non, une société numérisée et dématérialisée n’est pas plus économe en énergie et ne participe donc pas à la transition écologique et énergétique. La 4G (et peut-être 5G) nous en offre une parfaite illustration.

Comment le Green IT peut participer à décarboner l'économie ?

Le Green IT correspond à la 3ème action évoquée précédemment pour atteindre la sobriété numérique : la modification des usages. Seule une action globale des entreprises et dans la société sur la durabilité des appareils et leur consommation d’énergie pourra permettre des changements globaux.

Il faudrait alors se demander si l’on pourrait se passer de l’informatique. Cette question peut avoir des réponses concrètes en entreprise à condition de sortir de l’idéologie du tout-numérique ou solutionnisme. Alors évidemment, on ne vous dit pas de vous débarrasser totalement de vos outils informatiques. Le principe de l’informatique durable est avant tout de réduire. Et pour cela, plein d’actions peuvent être mises en place de la plus insignifiante à la plus ambitieuse.

On vous donne des exemples d’actions en faveur du développement durable juste après mais retenez qu’avant de passer à la réduction de ses émissions, il faut les calculer. Eh oui, à tout plan d'action précède un diagnostic.

Solution Carbo Entreprise

Mesurez votre bilan carbone numérique gratuitement avec Carbo

Comment faire du Green IT en 2021 ?

Exemple 1 : Verdir son hébergement web

Un bon hébergeur vert doit, a minima :

  • faire tourner ses data centers aux énergies renouvelables et non au charbon 🤢
  • diminuer sa consommation d’énergie et donc éviter la climatisation.

Si vous souhaitez passer à l’hébergement web vert pour votre site internet, plusieurs solutions s’offrent à vous.

1. Militer pour engager votre hébergeur

Utilisez vos différents médias (réseaux sociaux, forum de feedback, etc) pour inciter votre hébergeur actuel à faire changer ses services pour qu’il devienne plus éco-responsable. Car les bonnes entreprises écoutent généralement leurs clients !

2. Sélectionner un hébergement web vert

Vous trouverez facilement des comparatifs des meilleures solutions d’hébergement web respectueuses de l’environnement sur internet. Deux des plus connus sont notamment Infomaniak et Planet Hoster.

3. Partager vos serveurs

Votre site n’a évidemment pas besoin d’un serveur au maximum de ses capacités 24h/24 7j/7. Sauf qu’un serveur, lui, ne s’éteint jamais. Pas très durable tout ça... Ainsi, pour éviter de gaspiller de l’énergie, vous pouvez partager des serveurs avec d’autres entreprises. C’est la solution qu’on a choisi chez Carbo 😉 

Green IT : serveurs

Exemple 2 : prolonger la durée de vie de ses appareils

Une bonne solution d’informatique durable est d’arrêter de sur-consommer du matériel que ce soit pour les particuliers ou pour les entreprises. 

🖐 Passer de 2 à 4 ans d’usage pour une tablette ou un ordinateur améliore de 50% son bilan environnemental, selon l’ADEME.

Et cette initiative comprend notamment l’achat d’appareils reconditionnés et la revente de son ancien appareil. Acheter en reconditionné a 3 grands avantages : 

  • rallonger la durée de vie de vos équipements électroniques ;
  • éviter la consommation de nouveaux équipements : énergie, matière première et déchets ;
  • diminuer les coûts à l’achat.

Le meilleur site pour acheter en reconditionné ? L'incontournable Back Market.

Exemple 3 : utiliser un moteur de recherche écologique

Un moteur de recherche éco-responsable met en place des actions telles que l’utilisation d’énergies renouvelables pour alimenter ses data centers ou la compensation de son bilan carbone. Les alternatives les plus connues sont Ecosia, Lilo et Ecogine.

Lilo est un moteur de recherche né en France qui permet aux utilisateurs de financer des projets grâce aux recherches internet. En bref, plus vous effectuez des recherches sur Lilo, plus vous collectez « des gouttes d’eau » qui sont converties en dons.

Green IT, Jour 1 : mesurer l’empreinte carbone de ses activités numériques

Comme on l’a évoqué précédemment, calculer les émissions de ses activités numériques est la première étape de l’informatique durable pour les entreprises. Mais alors comment s’y prendre ?

Les bases du calcul carbone du numérique

Calculer son impact numérique revient à collecter des travaux de recherches et des publications de laboratoires et d’entreprises spécialisées dans la consommation électrique. Plus on a de données, plus le calcul sera précis. Concrètement, les émissions de CO2 de vos services numériques sont générées par la consommation électrique de trois sources distinctes : les serveurs, le réseau et les appareils. C’est cela que l’on mesure.

Bolo calcul bilan carbone numérique

Les serveurs

Dans un premier temps, vous devez fournir des informations de fréquentations et la quantité de données stockées sur le site internet de votre société. On peut ainsi en déduire le nombre de serveurs utilisés. Ensuite, en connaissant votre hébergeur, on sait quelle quantité d'électricité est consommée par les datacenters. Le nombre de serveurs + l’électricité consommée permet de mesurer les émissions de CO2 générées.

Le réseau

Ici, les informations requises sont le nombre et le poids des pages pour un site, la taille, le nombre de téléchargements puis la quantité de données consommées à l’usage pour une application mobile.

En fonction du type de réseau sollicité (wifi, 4G, 3G, etc), il est possible de calculer la consommation électrique nécessaire pour faire transiter vos données sur le réseau. On en déduit les émissions de CO2 associées à cette consommation électrique.

Les appareils et terminaux

Enfin pour les appareils numériques, on détermine le temps d’écran consommés par vos sites et applications. On calcule ensuite la quantité d'énergie consommée par les batteries de téléphones et ordinateurs pendant ce temps pour obtenir les émissions de CO2 associées.

Carbo, la solution web idéale pour passer au Green IT

Carbo vous permet de mesurer votre bilan carbone numérique et c’est 100% gratuit.

Notre algorithme réunit en quelques secondes un maximum d'informations publiques de votre entreprise pour vous fournir une première estimation de votre bilan carbone. Vous pouvez ensuite renseigner vos informations ou connecter vos outils numériques pour permettre la collecte de données. Vous avez également la possibilité d’inviter vos collaborateurs à compléter ces informations.


Prêt.e à passer à l’informatique durable avec Carbo ? 🚀

Ilona Ragobert
Content Manager chez Carbo
Maîtriser votre bilan carbone complet facilement avec Carbo.
Découvrir Carbo
Carbo ebook

Vous devriez aussi aimer

Logo Carbo Bilan Carbone Entreprise
Version beta

Engagez vous dès aujourd'hui avec Carbo.

Votre allié pour maîtriser votre impact carbone
cross linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram