Lecture 9 min -
mis à jour en octobre 2021

Top 7 des villes les plus écologiques en Europe

Anaïs Fleury
Sommaire

L’urbanisme joue un rôle fondamental dans la transition écologique. Peut-on concilier aménagement urbain et écologie ? Comment « concevoir » une ville écologique aujourd’hui ? Voilà un vrai défi pour nos élu.e.s, lorsqu’on sait que les villes sont responsables de près de 70% des gaz à effet de serre dans le monde. Pollution de l’air, omniprésence de véhicules motorisés, péri-urbanisation sont autant de sujets à repenser rapidement, pour faire de nos villes les nouvelles championnes du développement durable. Parcourons ensemble quelques exemples inspirants !  

Le Top 7 des villes les plus écologiques en 1 minute.
ville écologique et durable

Notre classement, pour les plus pressés : 

  1. Londres 
  2. Stockholm 
  3. Edimbourg 
  4. Vienne
  5. Zurich 
  6. Munich
  7. Oslo

Qu’est ce qu’une ville écologique ? 

La ville écologique : un simple « concept » ?

Une ville écologique est une ville durable qui respecte les enjeux du développement durable et répond aux problématiques posées par le réchauffement climatique. D’une part, elle préserve la nature, l’environnement et les ressources et, d'autre part, elle réduit ses émissions de gaz à effet de serre.

Ainsi, elle agit sur plusieurs leviers comme le transport, l’architecture ou la consommation d’énergie afin d’atteindre des objectifs en lien avec la transition énergétique.  

Ville écologique : mise en perspective avec le concept d’urbanisme durable

Plus généralement, la ville durable appartient au concept d’urbanisme durable, qui regroupe les dimensions techniques, sociales, écologiques, économiques et culturelles appliquées aux projets urbains. 

L’objectif de l’urbanisme durable est de favoriser un nouveau modèle d’aménagement accompagné d’autres façons d’habiter, de se déplacer ou de vivre. 

🖐 On retrouve le concept d’urbanisme durable dans la publication du rapport « Brundtland » en 1987 mais aussi dans la charte des villes européennes pour la durabilité de 1994 (dite charte d’Alborg).

Pourquoi développer des villes plus écologiques ? 

Ville écologique : un enjeu mondial…

La mise en avant de thématiques telles que la gouvernance, les transports, les déchets ou l’énergie sont des thématiques globales et...transversales. Au-delà de l’aspect réglementaire qui contraint les acteurs, les questions de développement durable nous concernent tous : qualité de vie et de santé, espaces verts et nature, qualité de l’air…

De plus, les engagements mondiaux visent une réduction des émissions de gaz à effet pour tous types d’acteurs. Pour respecter les engagements pris lors des Accords de Paris, quoi de mieux que de lancer de nouveaux projets respectueux de la nature, de la biodiversité et plus globalement de notre environnement ?  

Tous les pays sont concernés par une politique urbaine. De plus en plus d’acteurs prennent en compte les questions environnementales et les appliquent à l’échelle locale. 

...à l’échelle locale

L’empreinte écologique des villes est élevée, d’après le rapport 2017 du GIEC ; 50 à 70% des solutions au changement climatique peuvent être mises en œuvre par les villes.

Si aujourd’hui le Plan Climat Air-énergie concerne les intercommunalités de plus de 20.000 habitants, les villes doivent aussi se sentir concernées par la lutte contre le changement climatique. En effet, l’échelle locale est idéale pour accélérer la transition écologique. Et être ou ne pas être une ville écologique ne devrait pas être une question. C’est une solution bénéfique pour les habitants, pour la biodiversité et l’environnement.

De plus, les villes seront les premières concernées par les effets du changement climatique : « La ville, au sens général, c'est 2% des terres émergées en 2020 et 70% de la pollution mondiale..» (1) nous informe FABUREL Guillaume, dans son livre Pour en Finir avec les Grandes Villes, Manifeste pour une Société Écologique Post-Urbaine

Solution Carbo Entreprise

Vous voulez maîtriser (facilement) le bilan carbone de votre entreprise ? Essayez gratuitement Carbo.

Le classement 2021 des villes européennes les plus écologiques

Tous les deux ans, Arcadis établit un classement des villes durables. Le dernier date en effet de 2018 et prend en compte trois grands facteurs : 

  • l’environnement comprenant la pollution (pollution de l’air, émissions de gaz à effet de serre) ; 
  • humains (qualité de vie, prestations sociales de la ville) ; 
  • et économiques (performances économiques, attractivité).

L’objectif à long terme est ainsi d’encourager les pratiques d’urbanisme durable et d’écologie urbaine.

🖐 Paris n’est qu’en 15ème position avec un score de 66%. En effet, Paris mise aujourd’hui sur le développement durable en faveur du climat, de la qualité environnementale et de l’eau ou de la biodiversité par exemple. Le rapport développement durable de Paris est consultable sur le site. 

1. Londres, green is the new black  

La ville a lancé plusieurs initiatives écologiques telles que :

  • un péage électronique depuis 2003 permet de limiter la circulation dans le centre ville de tous véhicules motorisés ; 
  • Depuis 2017, les taxis roulent à l’électricité. La ville mise sur le développement de transports durables. 
  • Depuis 2007, Londres met en valeur les hôtels et restaurants qui participent au développement durable grâce à un label « Green Tourism ». 

De plus, depuis 2019, Londres est devenue la première ville « Parc national » au monde. En effet, la ville possède un tiers d’espaces verts soit 8,4 millions d’arbres et plusieurs grands parcs ; deux fois plus qu’à Paris ! Depuis 1935, une ceinture verte de 5 180 km2 a permis d’éviter l’étalement urbain. Un bon point pour la nature ! 

2. Stockholm, championne des réductions de GES 

Première ville européenne à obtenir en 2010 le Prix de la Capitale Verte, Stockholm a débuté très tôt sa transition ; 

  • des péages urbains ont été installés afin d’encourager l’utilisation des transports en communs. Cette politique urbaine permet aussi de dissuader les automobilistes. 80 % des habitants se déplacent désormais en transports publics ! 
  • La mise en place d’une taxe carbone pour les émissions de gaz à effet de serre existe depuis 1991 et n’a jamais été contestée ; 24 euros la tonne lors de sa création, elle est autour de 120 euros la tonne aujourd’hui.
  • Les transports publics utilisent des biocarburants tels que l’éthanol, le biodiesel, le HVO (issus des huiles) ou le biogaz. Ces derniers sont en effet locaux et produits sur place en utilisant les eaux usées de la capitale.

3. Edimbourg, reine des espaces verts et de la nature 

Edimbourg, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, est une ville qui possède de nombreux espaces verts. Côté énergie, la ville mise ainsi sur l’énergie hydraulique, l’énergie solaire et la biomasse, qu’elle développe massivement. De plus, le charbon n’est plus une ressource utilisée depuis 2016. L’énergie produite fournit le pays et l’Angleterre. 

🖐 D’après l’or­ga­ni­sa­tion envi­ron­ne­men­tale Scot­tish Rene­wables, les éner­gies renou­ve­lables ont fourni 76 % de l’élec­tri­cité écos­saise en 2018. 

Londres et la COP26
Londres, la championne de notre classement

4. Vienne, la smart city qui réduit les gaspillages

Vienne est une des capitales du monde possédant le plus d’espaces verts ; 2000 au total ! De plus, en plein centre-ville, on retrouve 700 hectares de vigne. Le vélo et les transports en commun sont les modes de déplacement les plus favorisés. Reine du tri des déchets, Vienne utilise la technologie et le numérique afin de réduire le gaspillage. Dans le pays, 70% de l’électricité est issue d’énergies renouvelables. Et le Danube, qui traverse Vienne, fournit de l’énergie hydraulique.

🖐 Le nucléaire n’est plus utilisé à Vienne depuis les années 1970.  

5. Zurich, première ville « 2 000 watts » d’ici 2050 ? 

Zurich se distingue des autres villes européennes au niveau de sa gestion énergétique ; en effet, elle limite les dépenses énergétiques de ses habitants. Si aujourd’hui la ville écologique est à une puissance moyenne de 4200 watts par habitant, elle souhaite la limiter à 2 000 watts par habitant en 2050. A titre de comparaison, un habitant européen en moyenne consomme 30% plus qu’un habitant de Zurich aujourd’hui (plus de 6000). 

6. Munich, vers une production d’énergie propre 

Ville la plus riche d’Allemagne, Munich depuis 2012 a mis en place un système d’autocollant écologique qui filtre les entrées dans la ville. Côté énergie, la ville produit ainsi toute l’énergie nécessaire au réseau urbain grâce aux centrales du producteur local Stadtwerke München.

Et pour 2030 ? L’objectif est de couvrir l’entièreté des besoins en électricité grâce aux énergies vertes. 

🖐 L'Allemagne couvre 43 % de sa demande d’électricité grâce aux énergies renouvelables, (éolien et solaire majoritairement). 

7. Oslo, zéro voiture en centre-ville 

La capitale verte européenne 2009 a pour objectif en 2030 de diminuer de 95% ses émissions. Toutes les voitures sont interdites en centre ville et des centaines de places de stationnement ont été supprimées afin d’élargir les trottoirs et faciliter la circulation sur les pistes cyclables. Ainsi, la politique urbaine mise sur un transport durable

Carbo - mobilité verte

Ainsi, la qualité de l’air s’est nettement améliorée tout comme la qualité de vie des habitants qui bénéficient aussi d’un jardin communautaire, d’un éco-quartier presqu’entièrement autonome en énergie et des navettes automatiques et électriques. 

Comment rendre une ville écologique ? 

Des petites initiatives peuvent lancer de grandes actions ; par exemple un concours local pour réduire ses déchets ou un concours de jardins verts entre voisins. Rendre une ville écologique c’est miser sur des leviers tels que la ré-introduction de la nature dans l’urbain ou avoir une approche de l’aménagement urbain fondée sur la biodiversité. 

Se lancer dans le local et expérimenter : l’exemple du village de Langouët

Vous avez sûrement entendu parler de son maire, Daniel Cueff, fervent défenseur de l’arrêté anti-pesticides, un couloir sans traitement de 150 mètres entre les maisons et les champs. Cette commune bretonne située à 20km au nord de Rennes possède 600 habitants. Qualifié de « laboratoire écologique », le village teste ainsi tous types d’initiatives allant de la construction d’habitats durables aux solutions de transport toujours plus écologiques. 

Les initiatives écologiques ont débuté il y a une vingtaine d’année et montrent aujourd’hui l’exemple :

  • L’école maternelle et primaire possède des panneaux photovoltaïques (depuis 2003), un système de récupération d'eau de pluie pour la chasse d'eau des toilettes et un potager. Et depuis 2004, elle est la première cantine de France à passer au 100%  bio et locale, avec zéro déchet. 
  • La construction de maisons écologiques ayant une très faible consommation d’énergie, fonctionnent aux panneaux solaires et possèdent un jardin partagé. De plus, afin de préserver la faune et la biodiversité, aucun éclairage public n’a été mis en place dans ce quartier. 
  • Une flotte de voitures en autopartage dont une voiture électrique est louée aux habitants à l’heure ou à la journée. 
  • Depuis 1999, le village refuse le désherbage chimique. Elle a aussi mis en place la permaculture, les jardins partagés et prévoit pour 2022 un tiers lieu avec une serre pour la permaculture et des salles pour les associations…
  • Concernant l’énergie, Langouët possède une centrale solaire, un projet d’autoconsommation collective et une pépinière d’activités centrée sur l’économie sociale et solidaire. 

Miser sur les espaces verts comme la ville écologique d’Angers

Angers décroche la première place sur le podium des villes vertes du classement effectué par l'Observatoire des villes vertes. Ainsi championne française pour sa politique végétale pour l’innovation liée à sa transition écologique, Angers investit dans ses espaces verts (98 euros par habitant en moyenne). Un bon exemple de ville écologique.

25 critères ont été pris en compte comme par exemple le patrimoine vert, l’investissement, la biodiversité, la sensibilisation, l’entretien zéro phyto ou encore le dynamisme politique.

ville durable et écologique : gestion des déchets

La ville possède : 

  • le nombre de mètres carrés d'espaces verts le plus important en France. Par exemple, un espace vert est à proximité de chaque habitant à une distance de moins de 500 m et chaque habitant possède 100m2 de terrain vert. 
  • Aucun produit phytosanitaire n’est utilisé dans ses espaces verts. 
  • 400 mini-jardins et des projets de végétalisation des lieux publics existent. 

Tout ceci fait qu’Angers est l’une des villes ayant la meilleure qualité de l’air en France ! 

Etre sans déchet et favoriser l’économie circulaire comme Lahti en Finlande

Cette ville écologique de 120 000 habitants a reçu un label de la part de la Commission européenne. Une innovation intéressante : des bières locales qui réutilisent des...déchets. Le « Wasted Potential » est brassé avec des herbes sauvages, des déchets alimentaires locaux, comme du pain, des baies et des fruits – et même de la fiente d'oie ! Cette dernière provient des parcs dans lesquels les oies habitent. Un exemple d’économie circulaire qui sort de l’ordinaire 😍.

Les objectifs de la ville ? 

  • Devenir une ville d’économie circulaire sans déchets d'ici 2050. Et aujourd'hui ? 99% des déchets ménagers de la ville sont déjà réutilisés !
  • Viser la neutralité carbone pour 2025. 

Pour aller plus loin 🚀 :

  • Manuel d'écologie urbaine, Audrey Muratet et François Chiron
  • Fabriquer la ville durable, Olivier Ortega
  • Architecture Low cost, Low tech, Alessandro Rocca
  • Ville durable et écoquartiers, Raphaële Héliot
  • De la ville durable à la nature en ville - entre homogénéité urbaine et contrôle social : regards croisés nord-sud, Isabelle Hajek, Philippe Hammam, Jean-Pierre Lévy
Anaïs Fleury
Content Manager chez Carbo
Vous bossez dans l’aménagement urbain et voulez piloter vos émissions de CO2 ?
Découvrir Carbo
Carbo ebook

Vous devriez aussi aimer

Logo Carbo Bilan Carbone Entreprise
Version beta

Engagez vous dès aujourd'hui avec Carbo.

Votre allié pour maîtriser votre impact carbone
cross linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram