5 morceaux pour une Fête de la Musique en mode nature

Renée
 ⏳ 
Lecture 3 min
Augustine Dabout Agreenculture carbo

Entre reprises de Nirvana par des groupes de lycéens et DJ qui mixent de l’électro lounge en terrasse, la Fête de la musique n’est pas toujours une expérience… harmonieuse. Avant d’aller faire un tour des décibels en bas de chez vous, Carbo vous propose une playlist de sons inspirés par la nature.

Le syndrome du banlieusard – Labotanique

Le banlieusard qui nous expose ses états d’âme dans ce morceau du duo français Labotanique n’est pas un adolescent s’ennuyant à la station de RER, mais une « petite fougère qui pousse les pieds dans le béton » : le Polypodium vulgare. Non content de donner une voix aux plantes, le groupe les fait participer à ses live en les bardant des capteurs. Un « orchestre botanique » composé de sphaignes, digitales et bugles rampantes, pour créer avec le vivant. On ne sait pas si ça les fera pousser plus vite dans la serre des jardins botaniques de Nantes, mais les plantes sont bien sensibles à la musique, ou en tout cas aux vibrations qui la composent. En rythme, les jeunes pousses !

Tried to Tell You – The Weather Station

Avec un tel pseudonyme (« la station météo »), la chanteuse et compositrice canadienne Tamara Lindeman ne pouvait pas ignorer le changement climatique. En 2021, elle publie l’album Ignorance, qui explore la crise existentielle provoquée par la crise climatique. Les paroles sont plus poétiques qu’explicites, dénonçant la responsabilité du « voleur que je n’ai pas vu escalader la barrière » dans Rober ou présentant l’artiste qui se sent « aussi inutile qu’un arbre en ville » dans Tried to Tell You (J’ai essayé de vous dire). Dans le clip qui accompagne ce dernier morceau, Lindeman porte un costume réfléchissant, chantant depuis un étang. L’artiste comme miroir fragmenté de son époque… à condition que l’on écoute.

Sprout That Life – DJ Cavem

Avec son amour des grosses cylindrées, le rap US mainstream n’a pas à être fier de son bilan carbone. DJ Cavem, un chef vegan et rappeur né à Denver, entend inverser la tendance en créant l’eco-rap, soucieux de l’environnement et des communautés. Un message qui l’a conduit à jouer à la  Maison Blanche sous Obama, et a planté – littéralement – des graines, l’album BIOMIMICZ étant vendu avec un paquet de graines (kale, roquette et betteraves). « Je veux que cet album soit une expérience, explique l’artiste, et que les gens se rendent compte que l’une des meilleures façons d’avoir un impact sur l’environnement est de faire attention à notre alimentation ». S’il n’a pas encore percé dans les charts, on peut déguster Sprout Your Life (Déguste ta vie), et son pastiche de gangsta rap où graines et légumes remplacent les billets. Les brocolis, mieux que les rolex ?

Vous êtes un arbre – SDA

Peu d’informations sur le groupe qui a commis cet improbable morceau, déniché dans la série « L’électro au Naturel ». Sur un fond house, un instructeur de yoga nous encourage à « devenir un arbre », via des méthodes de relaxation peu conventionnelles. « Retenez votre souffle, retenez les nuages » : on ne sait pas si on se transforme en arbre, mais le groove est là. Et quand les scientifiques nous apprennent que les arbres communiquent entre eux via « l’internet de la forêt », on se dit qu’ils s’envoient peut-être des morceaux pour « danser comme un humain à 2h du mat’ ». 

Green – Hiroshi Yoshimura

L’ambient est un courant musical pas simple à définir. Immersifs, les morceaux d’ambient veulent se fondre dans leur environnement sur le temps long – et ont donc souvent recours à des bruits issus du monde naturel. Dans son ouvrage Ambient music : avant-gardes, new age, chill-out & cinéma, le journaliste et musicien Jean-Yves Leloup fait un tour du monde qui passe par le Japon et le kankyō ongaku, une « musique environnementale » qui s’assumait dans les lieux publics comme contrepoint à la pollution sonore du quotidien. Dans Green, Hiroshi Yoshimura mêle des bruits d’eau et de vent à des rythmiques apaisantes. « Je suis heureux si ma musique peut avoir une influence sur la manière dont celui qui l’écoute, perçoit et observe le paysage qui l’entoure » conclut le compositeur.

Et si, après la Fête de la musique, on se contentait d’écouter la nature ?

Renée
Renée est autrice et plume freelance. Elle écrit sur la technologie, les esprits et la nature.
La newsletter qui rafraîchit (un peu) la planète. 
Une fois par mois, une petite pause de culture écologique dans votre boîte mail.
Bilan carbone comme preuve d'amour

Vous devriez aussi aimer

Logo Carbo Bilan Carbone Entreprise
Version beta

Engagez vous dès aujourd'hui avec Carbo.

Votre allié pour maîtriser votre impact carbone
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram