Lecture 9 min -
mis à jour en septembre 2021

Décarbonisation : l’enjeu énergétique pour le monde de demain

Jade Goumard
Sommaire

Ce n’est pas une surprise, la crise écologique que nous connaissons est une affaire d’émissions. Que ce soit à l’échelle d’un pays, d’une entreprise, des citoyens, le problème est le même : nous produisons trop de gaz à effet de serre. La solution tient donc en un mot : décarbonisation ! Carbo propose d’éclaircir ce processus et d’en donner les astuces, car parvenir à un modèle décarboné n’est pas mission impossible. Avons-nous même vraiment le choix ?

40 secondes pour mieux comprendre ce qu'est la décarbonisation.

La décarbonisation, c’est quoi ?

Définition

Doit-on dire décarbonation, décarbonisation ou décarbonatation ? Eh bien les trois sont corrects et partagent la même idée : réduire les émissions de gaz à effet de serre produits lors d’un processus de production. Qui dit limiter ces émissions, dit limiter l’exploitation d’énergies fossiles (charbon, gaz naturel ou pétrole). Et pour ce faire, une transition vers des énergies renouvelables et neutres s’impose. Vous l’avez compris, entre transition énergétique et décarbonation, même combat.

Eoliennes et décarbonisation

Deux types de processus existent :

  • L’investissement dans des structures moins énergivores et peu émettrices en gaz à effet de serre. Sont alors privilégiés les énergies renouvelables, l’utilisation du gaz naturel ou l’énergie nucléaire ;
  • La séquestration de carbone. Certains considèrent ce processus comme le meilleur moyen d’atteindre la neutralité carbone. Pour Jean-Marc Jancovici, à l'origine de la méthode Bilan Carbone, le photovoltaïque est par ailleurs « presque trop carboné, à cause de la fabrication du panneau » pour pouvoir produire de l'hydrogène décarboné. 

Pourquoi décarboner ?

Nos émissions de GES, comme le méthane et le dioxyde de carbone, déséquilibrent l’effet de serre. Et provoquent, par conséquent, le réchauffement climatique. Élévation du niveau de la mer, incendies dans les zones arides, ouragans et typhons, etc. Les conséquences de l’exploitation des énergies fossiles sont terribles et se multiplient. Pourquoi ? Parce que les industries raffolent de ces combustibles émetteurs. Et que nous, consommateurs, en redemandons.

Décarboner l'économie, c'est sortir de ce modèle d’exploitation pollueur. Il faut rechercher des alternatives et permettre l’innovation, en particulier dans le secteur énergétique.

Décarbonisation des filières énergétiques

Electricité

Il faut donc bannir les combustibles fossiles (charbon, pétrole ou gaz naturel) pour décarboner le secteur énergétique. Cela passe par l’exploitation d’énergies à basse émission et d’énergies renouvelables. Régénérées en permanence par la nature, leur exploitation produit peu d’émissions polluantes et de déchets. Mais leur capacité à fournir de l’électricité est faible. C’est pourquoi la majeure partie des pays se tournent vers une autre alternative, plus rentable : le nucléaire. Et sur ce plan, la France, comme son voisin la Suisse, fait partie des mauvais élèves.

🖐 Le nucléaire représente 10% de la production mondiale d’électricité, tandis que la part des combustibles fossiles représente plus de 60% de la production mondiale. Le chemin à parcourir est encore long...

Le chauffage 

Votre chauffage est également une part importante de votre consommation d’énergie. Pour décarboner votre quotidien, privilégiez un chauffage électrique ou des pompes à chaleur (PAC).

🖐 Bon à savoir : une pompe à chaleur utilise l’énergie présente dans le milieu extérieur (air, eau ou sol).

Selon un rapport de l’agence de la transition écologique (l’ADEME), la rénovation des bâtiments doit se conjuguer à un développement du chauffage électrique bas-carbone. Un système via des réseaux de chaleur (ou réseaux de chauffage urbain) a été développé, pour distribuer simultanément la chaleur produite par une ou des chaufferies, à plusieurs clients. La Russie et la Chine sont d’ailleurs les leaders mondiaux en matière de production de chaleur par chauffage urbain. Plus de 30% de leur chaleur est produite par ce système.  

🖐 Le rapport de l’ADEME et du Réseau de transport d’électricité (RTE) établit que le bâtiment équivaut à la production de 75 millions de tonnes de dioxyde de carbone (CO2), soit 20% des émissions nationales. Parmi, ces 75 millions de tonnes émises, le chauffage combustible serait à l’origine de 53 millions de tonnes de CO2.

Les transports

Les transports sont également un secteur fortement émetteur en CO2. La Norvège, la Suède et la France sont les pays les plus avancés dans le développement de véhicules électriques peu polluants (rechargés à partir de l’énergie nucléaire). Certains moteurs moins pollueurs sont conçus comme ceux à hydrogène, dont les émissions de substances nocives sont réduites. Les pouvoirs publics peuvent également étendre les infrastructures urbaines pour favoriser l’usage du tramway, du train, de téléphériques ou encore du vélo. On peut aussi envisager des solutions de covoiturage, ou des pratiques alternatives comme le télétravail et la limitation de l’étalement urbain.

Transports et décarbonisation

L’action publique dans le processus de décarbonisation

Des politiques publiques pour décarboner l’économie

Les politiques publiques donnent l’orientation pour les décisions économiques des consommateurs et des entreprises. Voici quelques politiques possibles :

  • Mise en place d'un marché du carbone avec des quotas / crédits carbone, ou un système de taxes ou de bonus-malus. L’Union européenne souhaite mettre en place un mécanisme d’ajustement carbone aux frontières (MACF). Les produits importés au sein de l’Union européenne seront soumis à une tarification carbone.
  • Des incitations aux énergies renouvelables, à la recherche et développement (R&D) et la mise en place d’incitations à l’utilisation d’énergies renouvelables, pour faire baisser les coûts et augmenter l’efficacité.
  • Création d’une réglementation concernant la technique (efficacité énergétique des bâtiments, recyclage des déchets, etc).
  • La mise en place de transferts vers des pays en voie de développement. En s’engageant directement dans une économie décarbonée, les pays en voie de développement devront investir dans des infrastructures coûteuses sur le moyen terme. Dans le cadre de la Convention Cadre sur les Changements Climatiques, les Nations Unies ont créé le Green Climate Fund. Ces fonds soutiennent financièrement les pays membres dans leurs activités et projets durables.
La décarbonisation pour protéger la planète

Les politiques publiques sont nécessaires pour permettre une décarbonation des industries, en particulier à l’échelle internationale. Car la plus grande crainte concernant la transition énergétique est la perte de productivité et de compétitivité.

Pas d’action publique, pas de décarbonisation 

Sans cette action publique, la décarbonisation des économies est freinée. En l’absence de marché et prix carbone significatifs et de contraintes réglementaires, la rentabilité des solutions alternatives est insuffisante. Or, à l’échelle internationale se trouve une forte compétitivité économique. Il peut très vite survenir une paralysie de type « dilemme du prisonnier » ou un déplacement d’émissions en raison de dumping environnemental.

🖐 Souvent repris dans le domaine de l’économie et de l’écologie, le “dilemme du prisonnier” et la théorie des jeux de Albert W. Tucker établit qu’il est préférable de coopérer, car plus rationnel.

Pour des conditions d’investissement massif vers des solutions bas carbone, il faut une concertation globale. Une stratégie de décarbonation efficiente, consiste à :

  • Développer des technologies nécessaires pour ce processus ;
  • Assurer le maintien de la compétitivité des secteurs en concurrence ;
  • Permettre l’engagement de tous dans le processus de décarbonisation.
Checklist

En 2020, l’ensemble des pays européens s’accordent sur un Pacte vert, pour devenir climatiquement neutre d’ici 2050. Le plan prévoit un système d’échange de quotas d’émissions, des objectifs d’action pour l’économie circulaire, et même des taxes carbone pour les pays qui ne réduiraient pas leur pollution. Une interaction publique et privée est également centrale. Les industries et les États membres doivent soutenir la recherche et l’innovation concernant le transport comme les batteries ou l’hydrogène propre. Il faut ainsi défendre une économie biosourcée : l’activité économique doit prendre appui sur les activités scientifiques.

Une figure de la décarbonisation... pas si exemplaire

Avec sa faible densité de population et des ressources naturelles suffisantes pour couvrir les besoins de ses habitants, la Norvège et la Suisse ont un fort taux de décarbonisation. Le potentiel hydroélectrique et l’énergie nucléaire sont des forces permettant de sortir d’un schéma carboné. Par exemple, la Suisse, dotée d’importantes ressources forestières, utilise le bois énergie. Ce combustible issu de la biomasse est considéré comme une énergie renouvelable.

Le cas de la Norvège est plus particulier. Le pays est le premier producteur de pétrole d’Europe. Mais son rôle dans l’exploitation d’énergies polluantes est contrebalancé par son investissement dans le secteur des véhicules électriques. Aujourd’hui 1/5 des voitures vendues dans ce pays sont électriques. En comparaison, une voiture sur 200 est électrique en France en 2021.

Décarboniser de son entreprise

Une innovation durable et un business model vert

Le 5e rapport du GIEC l’affirme : plus on attend, et plus les coûts liés à la transition seront élevés. Les grandes entreprises l’ont bien en tête. Certaines conçoivent la décarbonation comme porteuse d’activités et d’emplois, presque une troisième Révolution industrielle à venir. Les entreprises demandent le développement d’un nouveau modèle de production et de consommation. Mais aussi le déploiement optimal de solutions bas carbone. Une quarantaine de groupes français et internationaux se sont regroupés dans l’association EPE (Entreprises pour l’Environnement) pour faire avancer la décarbonisation du secteur privé. Le groupe ADP, EDF, des groupes bancaires comme AXA ou BNP Paribas... sont des membres de l’EPE. Ils prétendent vouloir un business model vert et souhaitent disposer des avantages des innovations, selon le « first mover advantage ». Attention, toujours dans un souci de compétitivité économique, évidemment...

"Il ne s’agit pas de faire dans les bons sentiments, […] : la décarbonisation est un vecteur de performance pour l’entreprise"

Thierry Fornas, président d’EcoAct

Quelques pratiques de décarbonisation

La décarbonation de votre entreprise peut passer par différentes pratiques :

Révision de sa consommation d’énergie

Réduisez votre consommation d’énergie et favorisez les énergies renouvelables. Privilégiez des équipements à performance énergétique élevée (catégorisés A). Cette pratique passe aussi par une chose assez simple : évitez de laisser vos appareils en mode veille, et les éteindre totalement. Assurez-vous de posséder une bonne isolation thermique, pour ne pas consommer trop d’énergie (l'idéal étant un bâtiment basse consommation, BBC).

Déplacements

Si l’activité que vous tenez nécessite un déplacement important de vos collaborateurs, vous pouvez impulser une dynamique d’écoconduite. Il est également envisageable de mettre à disposition des voitures électriques, nettement moins consommatrices que les véhicules thermiques classiques. Ou, si le trajet domicile-travail est conséquent, proposez des solutions de covoiturage.

🖐 L’éco-conduite permet de réduire la consommation d’essence de votre véhicule, et diminuerait les émissions de 10 à 15%. C’est bon pour la planète, et pour vous ! Votre porte-monnaie vous dit merci.

Concernant le transport de vos biens primaires, voyez une logistique durable en favorisant des transports dits plus « doux ».

Approvisionnement en matières premières

La chaîne d’approvisionnement doit être scrupuleusement étudiée. Ce, pour connaître les émissions indirectement produites pour la fabrication de vos produits ou la prestation de vos services. C’est ce qui correspond au scope 3 d’un bilan carbone.


Livre Blanc Bilan GES

LIVRE BLANC

Le guide pour tout comprendre sur le bilan carbone et comment le mettre en place


Malgré tous les efforts fournis, votre entreprise ne pourra se départir d’une part de ses émissions carbones. Il est en revanche possible de contrebalancer ces effets en investissant dans des projets porteurs de sens.

Une société en voie de décarbonisation

Les retombées du Covid-19

Le covid-19 a engendré une baisse significative des émissions de gaz à effet de serre. La pandémie a ouvert une nouvelle voie vers la décarbonisation, via des pratiques plus sobres, avec le grand exemple du télétravail qui a notamment engendré une forte baisse des déplacements. Les chaussons sont devenus nos chaussures et la cuisine/le salon notre lieu de travail : plus besoin de se déplacer ! Mais cela ne suffit pas. Un changement de modèle est nécessaire, et pour qu’il soit durable, il faut une implication citoyenne.

Agir ensemble

Une décarbonisation de votre quotidien

La décarbonisation ne concerne pas uniquement les gouvernements et les industries. Ce que vous mangez, la manière dont vous vous déplacez, ce que vous consommez, etc. Selon votre quotidien, les possibilités sont multiples. Carbo décrypte les comportements individuels et vous propose des alternatives décarbonées à vos actions quotidiennes, via une application citoyenne. Vous avez, vous aussi, la possibilité d’entamer une décarbonisation de votre quotidien. Etats, entreprises ou citoyens, tout le monde est un acteur du processus de décarbonation.

Jade Goumard
Content Manager chez carbo
Maîtriser son empreinte carbone devient un jeu d'enfant avec Carbo.
Découvrir Carbo
Carbo ebook

Vous devriez aussi aimer

Logo Carbo Bilan Carbone Entreprise
Version beta

Engagez vous dès aujourd'hui avec Carbo.

Votre allié pour maîtriser votre impact carbone
cross linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram